Nos avis Ciné

Le brio : Vibrant hommage à la langue française


Neïla Salah a grandi à Créteil et rêve de devenir avocate. Inscrite à la grande université parisienne d’Assas, elle se confronte dès le premier jour à Pierre Mazard, professeur connu pour ses provocations et ses dérapages. Pour se racheter une conduite, ce dernier accepte de préparer Neïla au prestigieux concours d’éloquence. A la fois cynique et exigeant, Pierre pourrait devenir le mentor dont elle a besoin… Encore faut-il qu’ils parviennent tous les deux à dépasser leurs préjugés.

 

  • Réalisateur(s): Yvan Attal
  • Acteurs principaux: Daniel Auteuil, Camélia Jordana, Yasin Houicha
  • Date de sortie: 22/11/2017
  • Nationalité: Française

« Le brio » est le cinquième long-métrage d’Yvan Attal. L’acteur-réalisateur a notamment signé « Ma femme est une actrice », « Do not disturb » ou encore « Ils sont partout », une comédie décalée (et moyenne) autour des clichés sur l’antisémitisme. Pour la première fois, Attal ne se met pas en scène dans son propre film. Il qualifie son film de « dramedy », à savoir un film dans lequel on rit des dialogues mais dont la situation cherche à toucher et questionner les spectateurs. « Le brio » arrive quelques mois après le documentaire « A voix haute – la force de la parole » sorti en avril dernier et qui s’intéressait aussi au concours « Eloquentia », destiné à élire « le meilleur orateur du 93 ».

Pour ce nouveau film, Yvan Attal met en scène Daniel Auteuil, dans le rôle de ce professeur d’université, raciste et irascible. En face de lui, Camélia Jordana, connu dans un télé-crochet et qui a fait ses armes dans le cinéma avec « Cherchez la femme », une comédie originale qui abordait déjà le rejet communautaire. On commence par suivre Neila Salah, une jeune banlieusarde qui a la chance de sortir de son milieu pour suivre des études universitaires. Dès son premier jour, elle arrive en retard au cours de Pierre Mazard. Ce dernier va alors prendre à partie la jeune femme en la ramenant à ses origines musulmanes. Filmé et mis sur les réseaux sociaux par des étudiants, cette vidéo va contraindre Mazard a accepter la proposition du directeur d’Assas. À savoir former la jeune étudiante au concours d’éloquence.

Certes, « Le brio » ne brille pas par son originalité. Le récit d’une confrontation entre deux personnages (ici un prof et une élève) aux idées diamétralement opposés et qui vont devoir se serrer les coudes n’est guère très innovant. Cependant, Yvan Attal parvient à brasser des thèmes comme les problèmes sociaux, le conflit intergénérationnel ou bien entendu le racisme. Dans un cadre classique, le cinéaste parvient à convaincre avec des dialogues incisifs et des joutes verbales savoureuses. Le film sombre parfois dans l’excès et la caricature, mais le duo/duel entre Daniel Auteuil et Camélia Jordana amuse et fonctionne parfaitement bien. Avant tout, Yvan Attal dresse le constat d’une incommunicabilité provoquée par la méconnaissance du monde de l’autre, et des clichés qui poussent les gens à s’imaginer de fausses allégations sur autrui. « Le brio » est réussi dans sa capacité à réhabiliter la beauté de la langue française, et comment celle-ci peut rapprocher des communautés antagonistes. Ce beau et subtil message d’espoir parvient à faire oublier les petites lacunes, en particulier la mise en scène qui manque d’aspérités. Le film reste par exemple très linéaire et demeure davantage un film documenté qui constate des faits, qu’un véritable film de cinéma avec un point de vue plus appuyé.

email
SCENARIO 68%
MISE EN SCENE 51%
ACTEURS 77%
PHOTOGRAPHIE 64%
BANDE SON 68%
APPRECIATION GENERALE 75%
Vote final

Avec « Le Brio », Yvan Attal rend un sublime hommage à la langue française, comme ciment de la cohésion sociale. Si le film pâtit d'une mise en scène peu inspirée et de plusieurs maladresses, le duo Daniel Auteuil/Camélia Jordana nous emporte par sa fraîcheur et ses dialogues ciselés.

Note finale 67%