Nos avis Ciné

Le beau monde : Froid et long


Alice, 20 ans, vit à Bayeux. Elle travaille la laine, crée des teintures, confectionne des vêtements. Elle ne sait que faire de ce talent inné, jusqu’à ce qu’elle rencontre Agnès, une riche parisienne, qui l’aide à intégrer une prestigieuse école d’arts appliqués. Alice laisse tout derrière elle pour aller vivre à Paris. Elle y rencontre Antoine, le fils d’Agnès. Entre eux nait une passion amoureuse. Antoine trouve chez Alice une sincérité et une naïveté qui l’extraient d’un milieu bourgeois qu’il rejette. Alice, grâce à Antoine, découvre de l’intérieur un monde qui la fascine, « le beau monde ». Il lui offre sa culture, elle se donne à lui toute entière. Au risque de se perdre…

  • Réalisateur(s): Julie Lopes Curval
  • Acteurs principaux: Ana Girardot, Bastien Bouilllon, Baptiste Lecaplain
  • Date de sortie: 13/08/2014
  • Nationalité: Française
Un cruel manque d'émotion

Un cruel manque d’émotion…

Il arrive parfois de sortir d’une salle de cinéma en se disant que l’on ne retiendra rien du film que l’on vient de voir et qui sera vite oublié dès le lendemain. « Le beau monde » fait incontestablement partie de ces films là. 

Pourtant, sur le papier, l’histoire d’amour naissante entre Alice , une jeune couturière de 20 ans et Antoine, issu d’un milieu bourgeois qu’il rejette lui-même avait le mérite d’intriguer (à défaut d’innover!). Le résultat est très loin d’être à la hauteur . En cause, avant tout un cruel manque d’émotions de la part de tous les personnages du film. En effet, l’atmosphère du film est très froide et à force de ne rien véhiculer, il désintéresse complètement le spectateur de cette relation amoureuse pas vraiment passionnelle et qui manque singulièrement de rebondissement et de piquant. Le film qui ne prendra jamais véritablement son envol pêche également par ses dialogues trop convenus et une mise en scène qui a pour but d’être sensible mais qui en réalité, reste désespérément plate.

Des acteurs éteints et un montage coupé "à la hache!!"

Des acteurs éteints et un montage coupé « à la hache!! »

Après tous ces défauts évoqués dans ma première partie, passons à l’autre point noir du film, les acteurs, totalement éteints selon moi. En tête, Ana Girardot qui semble ne jamais croire en son rôle et qui est bien trop en retrait par rapport à son personnage qui aurait mérité un peu plus de force. (Sara Forestier aurait été juste parfaite pour ce rôle!) et le jeune Bastien Bouillon fait ce qu’il peut mais ne fait guère mieux (on s’étonne même à le voir sourire en coin lors de dialogues).

Et que dire du montage??! Probablement, un des plus mauvais de l’année! Taillé à la hache, certains plans sautent de manière involontaire et laisse apparaître une coupe qu’il n’y aurait pas dû avoir. Tout cela donne l’impression d’une grande imprécision et participe du manque d’émotion criant du film.

Mes seuls motifs de satisfaction resteront les décors naturels très beaux et la lumière du film qui laisse entrevoir par brides ce qu’à réellement voulu faire et montrer la réalisatrice Julie Lopes Curval.

email
SCENARIO 44%
MISE EN SCENE 41%
ACTEURS 32%
MONTAGE 12%
DECORS 83%
APPRÉCIATION GENERALE 35%
Vote final

Ne vous fiez pas à son titre, "Le beau monde" est un film plat et figé. Au lieu de montrer l'ébullition des sentiments naissants, Julie Lopes Curval nous donne à voir une mise en scène glaciale et ennuyeuse. En définitive, ce film représente un courant d'un cinéma français froid et surjoué totalement inintéressant!

Note finale 41%