Nos avis Ciné

La tour 2 contrôle infernale : Une dinguerie décevante…


Octobre 1981.Ernest Krakenkrick et Bachir Bouzouk sont deux brillants pilotes de l’armée française. Suite à une malencontreuse erreur au cours d’un test de centrifugeuse, ils perdent une partie de leur potentiel intellectuel. L’armée voulant les garder dans l’aviation, on leur trouve un poste de bagagistes à Orly Ouest. Et là …La genèse des aventures de nos deux laveurs de carreaux de La Tour Montparnasse Infernale.

  • Réalisateur(s): Eric Judor
  • Acteurs principaux: Eric Judor, Ramzy Bedia, Philippe Katerine, Marina Fois
  • Date de sortie: 10/02/2016
  • Nationalité: Française
Le gang des Moustachious !

Le gang des Moustachious !

 

Après avoir attiré plus de deux millions d’entrées en 2001, « La Tour Montparnasse infernale » n’a pas seulement été une comédie lucrative mais contient suffisamment des répliques hilarantes et décalées pour devenir une comédie qui petit à petit est devenue culte. 15 ans après, on retrouve donc avec plaisir ce duo Eric et Ramzy, qui a pris des directions différentes. Eric Judor s’est mis à tourner avec des films plus proches du cinéma d’auteur, dans des films de Quentin Dupieux (Steak, Wrong cops) et a fait une incursion remarquée dans la série télévisée avec « Platane » alors que Ramzy Bedia a multiplié les rôles au cinéma aussi bien dans la comédie (Il reste du jambon, Les Kairas, Des lendemains qui chantent et prochainement dans Pattaya) que dans le drame (Des vents contraires ou encore Vandal.)

Huit ans après leur dernière collaboration commune (avec «Seuls two »), on retrouve donc le célèbre duo d’humoristes au cinéma, avec La tour 2 contrôle infernale, qui se veut être, non pas une suite, mais un prequel de La Tour Montparnasse infernale, dans lequel Eric et Ramzy incarnent ici les pères des personnages qu’ils campaient dans le premier film. Qualifié de « film de gogols » par Eric Judor lui-même, cette suite a eu du mal à trouver les financements nécessaires, et pour son premier jour de sortie, le film a fortement déçu niveau chiffres, avec un démarrage 7 fois inférieur au premier opus. Mais alors que vaut ce nouvel film du facétieux duo Eric et Ramzy ? Eh bien, comme avec « Deadpool » sorti le même jour, « La tour 2 contrôle infernale » est un film à voir au millième degré, où dans une histoire assez abracadabrantesque, il est question de détourner la structure habituelle du récit ou des codes traditionnels de la comédie.

Découpé en trois parties (dont le film s’amuse à détourner constamment les orthographes, ainsi le chapitre consacré à la résolution du film s’appelle « la résolvation »), « La tour 2 contrôle infernale » commence tambour battant, avec une scène très drôle, celle où les deux personnages se retrouvent dans une centrifugeuse pour tester leur aptitude physique, et finissent pas devenir totalement abrutis et cantonnés à des postes de bagagistes. Jusqu’à ce qu’un groupe de terroristes prénommés les Moustachious prend le contrôle de cette tour de contrôle. Si le premier quart d’heure qui pose les bases des personnages (le duo Eric et Ramzy d’un côté, les moustachious de l’autre et en parralèle le ministre de l’intérieur et son assistante) se révèle d’une drôlerie folle, le film va très vite s’enliser, la faute à un scénario totalement décousu à l’inverse du premier film qui avait tout de même des enjeux plus imposants. Ici, le film est un yo-yo entre de savoureux moments et dialogues (autour de runnings-gags pouvant parfois durer très longtemps ou un jeu hilarant et constant entre le présent et le passé lorsque le mot « cyberterrorisme » n’existait pas) et des grands moments de vide, très ennuyeux. En proposant un humour très enfantin avec des rôles de grands crétins, « La tour 2 contrôle infernale » désarçonne souvent mais surtout ennuie pas mal en particulier dans son milieu qui paraît assez long, alors que le film est pourtant très court (1h25). Le film n’est pas aidé non plus par sa mise en scène assez pauvre, qui fait très amateur et plus télévisuelle.

On retiendra néanmoins la performance hallucinante de Philippe Katerine, en grand méchant, qui électrise le film alors que l’humour très régressif du duo Eric er Ramzy paraît parfois dépassé et pas toujours drôle.

Très en dessous du premier « La tour Montparnasse infernale », cette suite, en forme de préquel, déçoit quelque peu dans son rythme et son récit narratif pas assez développé. L’humour absurde dégagé par le film ne suffit pas toujours à masquer les défauts de ce film néanmoins atypique et original.

email
SCENARIO 64%
MISE EN SCENE 53%
ACTEURS 72%
BANDE SON 64%
HUMOUR 58%
APPRECIATION GENERALE 59%
Vote final

Très en dessous du premier « La tour Montparnasse infernale », cette suite, en forme de préquel, déçoit quelque peu dans son rythme et son récit narratif pas assez développé. L'humour absurde dégagé par le film ne suffit pas toujours à masquer les défauts de ce film néanmoins atypique et original.

Note finale 61%