Nos avis Ciné

La charge héroïque : John Wayne, et puis c’est tout!!


En 1876, après la défaite et la mort de Custer, dix mille Indiens commencent à se réunir pour marcher contre les Blancs. Le capitaine Nathan Brittles, à quelques jours de la retraite, effectue sa dernière patrouille. Ce sera un échec complet, car à cause de la femme et de la nièce du commandant du fort qu’il doit mener à la diligence, il ne pourra prendre le risque d’empêcher les Indiens de faire leur jonction, de s’approvisionner en fusils auprès d’un trafiquant d’armes et de massacrer des planteurs.

  • Réalisateur(s): John Ford
  • Acteurs principaux: John Wayne, Victor MacLaglen,Ben Johnson
  • Date de sortie: 1949
  • Nationalité: Américaine

 

Dans le cadre du 34ème Festival international du film d’Amiens, et de la rétrospective consacrée à Merian C.Cooper, était projeté « La charge héroique », grand classique du western, signé John Ford. Pour commencer cet article, je dois vous faire un aveu, je suis assez imperméable aux westerns (car j’ai troujours l’impression qu’ils racontent la même histoire sans fin et qu’ils manquent d’émotions dans le sens large du terme. Seuls quelques films récents m’avaient quelque peu intéressé au genre (« Django Unchained », « True grit » (2011) ou encore « The homesman » sorti il y’a quelques mois). Moi qui suis friand de films en huis clos, le western en est l’exact opposé, dans leur définition et leur construction de leur (grands) espaces.

Cependant, je me devais de m’intéresser par curiosité intellectuelle, au genre de plus près. La première chose frappante, c’est que Ford place John Wayne comme personnage principal qui va complètement éclipser l’intrigue. L’histoire n’est pas neuve, un capitaine qui part à la retraite dans quelques jours va se voir confier une dernière mission. Seulement voilà, si on retrouve la maîtrise technique de John Ford, celle ci est accompagnée de la lourde propagande américaine et patriotique classique en mettant notamment en avant la figure de l’homme providentiel, qui reste toujours coûte que coûte en mission, même après sa retraite.

Le charisme selon John Wayne...

Le charisme selon John Wayne…

 

Le scénario manque clairement de rebondissements et rend le film passablement ennuyeux par moments. John Ford en fait un film résolument nostalgique et assez passéiste. Deuxième acte de sa trilogie sur la cavalerie (juste avant « Le massacre de Fort-Apache » et juste après « Rio Grande »), John Ford convainc par sa technique mais surtout compense la faiblesse des personnages secondaires par des dialogues savoureux et souvent drôles. 

Enfin, il y’a aussi les effets spéciaux où les fonds verts (avec photos ou toiles fixes en arrière-plan) sont clairement visibles (n’oublions pas non plus que nous sommes là en 1949), et cette tartine de musique certes entêtante mais surtout omniprésente vient en rajouter une couche sur un film pas franchement emballant, si ce n’est par le jeu irréprochable, charismatique et rassurant de John Wayne (moustachu pour l’occassion)

email
SCENARIO 51%
MISE EN SCENE 64%
ACTEURS 72%
BANDE SON 59%
DECORS 66%
APPRECIATION GENERALE 54%
Vote final

Deuxième acte de sa trilogie sur la cavalerie, John Ford ne m'aura pas fait changer d'avis (pour l'instant) sur le western. Irréprochable et charismatique, John Wayne sauve l'intérêt d'un film assez plat, sans grand enjeu narratif et teinté d'un patriotisme irritant.

Note finale 61%