Nos avis Ciné

La 5ème vague : Pas si mal…


Quatre vagues d’attaques, chacune plus mortelle que la précédente, ont décimé la presque totalité de la Terre. Terrifiée, se méfiant de tout, Cassie est en fuite et tente désespérément de sauver son jeune frère. Alors qu’elle se prépare à affronter la cinquième vague, aussi inévitable que fatale, elle va faire équipe avec un jeune homme qui pourrait bien représenter son dernier espoir – si toutefois elle peut lui faire confiance…

  • Réalisateur(s): J. Blakeson
  • Acteurs principaux: Chloé Grace Moretz, Nick Robinson, Alex Roe
  • Date de sortie: 27/01/2016
  • Nationalité: Américaine

photo-la-5eme-vague-chloe-moretz-112015-009

 

Adaptation du roman du même nom pour jeunes adultes qui a cartonné aux Etats-Unis de l’écrivain Rick Yancey, « La 5ème vague » déferle dans nos salles, alors que ce film pourrait être le premier film d’une trilogie. Pour adapter ce best-seller sur grand écran, c’est J.Blakeson qui se colle à la réalisation, après avoir signé seulement un film, le convaincant thriller « La disparition d’Alice Creed » dans lequel deux hommes enlèvent une jeune femme. « La 5ème vague » se positionne plutôt dans le teen-movie, proche des films comme « Hunger games », « Twilight » et « Le labyrinthe ».

Le film se déroule sur fond d’invasion extraterrestre, et suit Cassie, une jeune adulte, qui voit son monde (et le monde entier) se dérober sous ses pieds, lorsque 4 vagues monstrueuses de catastrophes viennent bouleverser l’équilibre planétaire. Tout commence lorsque un mystérieux vaisseau balance une bombe électromagnétique qui grille les circuits éléctriques ou électroniques (voitures et avions tombant subitement en panne par exemple). Puis, un énorme tremblement de terre provoquant un tsunami vient ravager la planète, enfin un virus dévastateur éradique une bonne partie de la population. Cassie, qui a perdu ses deux parents dans ces catastrophes, part à la recherche de Sammy, son petit frère emmené dans un centre d’opération de l’armée, chargé de protéger les enfants. Cette première demie-heure du film, assez sombre et détaché de la marge des films pour ados, nous montre une présentation de l’intrigue assez accrocheuse, on comprend bien tous les enjeux du film, aidés par une bande son assez entraînante et des effets spéciaux impressionnants.

Après cela, le film rentre quelque peu dans les clous des traditionnels films pour ados, en témoigne la romance très mièvre entre Cassie et Evan, l’homme qui l’a sauvé, tout en pensant souvent à Ben, le jeune homme pour lequel elle avait le bégain avant que les catastrophes ne commencent. Souvent très mal amenées et beaucoup trop présentes dans le film, ces scènes d’amour très fleur bleue ralentissent le rythme du film, qui avait pourtant si bien démarré. En revanche, la partie plus intéressante du film, celle dans ce centre militaire, où Ben qui va retrouver le frère de Cassie, vont se retrouver à devoir s’entraîner afin de combattre les mystérieux aliens. Sans trop en révéler quand au twist du film, un énorme secret va chambouler ce centre. Plus proche d’un Hunger games ou du Labyrinthe (avec cette rebélion de la part des ados se battant contre un pouvoir tyrannique), « La 5ème vague »alterne les bonnes idées (comme par exemple l’utilisation d’enfants comme d’une arme de manipulation massive qui est une vraie trouvaille du film, même si on le voit venir de loin), et les mauvaises idées (avec ce côté romance à l’eau de rose, et des dialogues assez navrants). Chloé Grace Moretz (alias Cassie) aperçue dans Kiss-ASS ou encore le remake de « Carrie » est convaincante dans son rôle, tout comme Nick Robinson (alias Ben) révélé dans « Jurassic World » prouve, quant à lui, son talent prometteur pour la suite.

Variante de ces adaptations de romans de jeunes adultes, « La 5ème vague » laisse parfois trop l’impression d’être un film qui aura plusieurs suites (en témogne des seconds rôles trop éffleurés). Même si l’ensemble contient trop de clichés teintés de naïveté qui n’évite le sentiment de déjà vu, le film est loin d’être une catastrophe et se range dans la catégorie des divertissements sans prétention, avec une rélfexion (certes trop superficielle mais existante) sur le statut de l’enfant ou l’adolescent comme source de manipulation politique. Au final, le film évite le pire, mais aurait pu être largement meilleur, peut être pour une éventuelle suite (même si les mauvais chiffres du box-office ne jouent pas en sa faveur).

sony-pictures-la-5eme-vague

 

email
SCENARIO 72%
MISE EN SCENE 68%
ACTEURS 76%
BANDE SON 70%
EFFETS SPECIAUX 74%
APPRECIATION GENERALE 68%
Vote final

Au final, "La 5ème vague" évite le pire en développant un message sur l'enfant considéré comme arme de guerre et de propagande, mais aurait pu être largement meilleur à cause de sa trop grande miévrerie.

Note finale 71%