Nos avis Ciné

J.Edgar [Critique]


J.Edgar, c’est l’histoire de … :

…l’homme qui a mis en place le FBI, l’histoire de sa vie, personnelle comme professionnelle. Homosexuel innavoué, il concentre toute ça vie dans ce Bureau qui doit traverser tous les changements politiques et toutes les menaces les plus frappantes des états-unis des années 30-70.

J.Edgar, Meilleur Film … ou pas?

Ce qui se présente comme un film de course à la vérité sur les origines du FBI et son évolution se retrouve être un merveilleux film personnel et très intimiste. Coincé dans le déni de son homosexualité, Edgar veut mener son bureau de la justice à la plus haute des reconnaissances avec l’aide de son assistante et surtout de son bras droit : Clyde Tolson, un jeune diplômé qui lui a tapé dans l’oeil.

 

Très souvent sous-exposé, le film est plutôt sombre mais avec une très belle photo. Le jeu d’acteur est vraiment impeccable et les maquillages pour vieillir ces messieurs-dames sont incroyables (bémol sur le bras droit en qui je n’ai pas cru une seconde). On couvre alors en 2 heures de film les 50 ans que John Edgar Hoover a passé à la tête du FBI luttant pour avoir des fonds, de la reconnaissance, des scientifiques etc.

 

Très intimiste mais aussi très bien rythmé, on sent là un film personnel de Clint Eastwood sur les parties économique et politique avec des petits pics lancés par-ci par-là mais avec parfois la fierté de ce bureau souvent mal perçu. Finalement avoir un endroit où les informations de chaque individu sont répertoriées fait peur à beaucoup de gens mais c’est aussi ce qui a permis l’arrestation des plus grands criminels comme John Dillinger.

Conclusion :

Je n’irai pas jusqu’à dire que Clint Eastwood est au meilleur de son art comme on le voit sur les affiches mais il nous offre là un très beau film qui traîte de l’homosexualité d’une façon vraiment différente et sans que ça soit lourd. Suivre l’évolution du FBI à travers les époques et à travers un seul homme rend l’ensemble beaucoup plus attachant. Reste pour moi le twist de fin qui, malgré sa pertinence aurait mieux fait de ne jamais exister.
[dailymotion xluof1 640 360]

email

  • Miss_Kan

    Après l’avoir vu au cinoche, je suis loin d’être aussi optimiste.

    Je me suis ennuyé une bonne moitié du film. J’ai trouvé les maquillages grotesques, le rythme très mal cadencé, avec des périodes de néant total, inintéressantes, chiantes.

    Mais comme tu l’affirmes, c’est un film très intimiste, qui traite de cette montée du FBI d’une manière exemplaire, de cette place de l’homosexualité dans cette société qui évolue, aussi et ce de manière fort réussie. Sans parler des acteurs, parfaits

    Pourquoi à ton sens ce twist de fin n’aurait-il pas du exister?

  • Neo

    c’est le problème avec les films personnels soit on se fait chier soit on adore ^^ lynch ou kubrick sont vraiment dans ce genre. Il aurait jamais du exister parce que j’aimais bien son côté héroïque et que j’aurai préféré une fin classique du mec qui a géré tout sa carrière plutôt que le mensonge de tout une existence (décidément cette critique et mon commentaire sont mes instants spoil violent !)

  • C’est un bon film ; cependant les maquillages empêchent de se fondre dans l’histoire.

  • Lopocomar

    Je ne suis pas du tout attiré par celui-là. Le sujet peut être intéressant mais j’avoue trouver le père Eastwood assez chiant sur ces vieux jours. Et ce, même si le dernier que j’ai vu, L’Echange, était réussi.

    @K1000 : Et imagines si le maquillage avait fondu… , )

  • Miss_Kan

    @K1000 : 100% d’accord

  • J’ai pas encore vu un Eastwood vieux en entier… C’est pas très lumineux comme film, au premier sens un, très sombre comme photo je trouve… Et étant un visionneur nocturne, j’accroche pas…

  • Kefka

    Je n’ai toujours pas écrit ma propre critique, je détaillerai donc le tout dedans, mais je rejoins pas mal l’avis de Neo, même si je n’ai pas trouvé (au contraire de pas mal de retours d’ailleurs) que l’accent était mis sur sa supposée (avérée ? le film laisse intelligemment la porte ouverte sur ce sujet, quand bien même on penche malgré plus d’un côté que de l’autre) homosexualité.

    Aussi, j’ai trouvé le film très riche au niveau thématique, même si effectivement, le rythme du métrage en pâtit un peu. Mais concernant les maquillages, en dehors du bras-droit d’Hoover qui pour le coup est raté dans les grandes largeurs, je trouve au contraire que celui de DiCaprio est tout à fait réussi, et j’en suis même arrivé à ne plus le voir lui derrière les prothèses : pour moi, c’était Hoover, point (il faut dire que la perf’ de l’acteur aide énormément, c’est vrai).

    En gros, c’est loin d’être le meilleur film d’Eastwood, mais de mon point de vue, ça se situe dix bonnes coudées au dessus d' »Invictus » et « Hereafter » sans problème. Un bon film, bien documenté 🙂

  • Je pense que vous n’avez pas compris grand chose à ce film. Dire qu’il est sous-exposé (attention, Tom Stern ne mâche pas ses mots) est du même niveau « critique » que votre déni de réalité concernant le « twist » (c’est quoi Twist, voulez-vous parler d’un retournement de situation ?) final qui est en fait une formidable mise en abime forçant à réévaluer tout le film et à réfléchir à l’objectivité des images, sujet qui passionne Eastwood depuis Flags.
    Mais tout va bien, vos commentaires étant au niveau critique de votre billet.

    • Neo

      J’approuve ce commentaire malgre son manque de tact violent. Les articles que je fais ici ne sont que des avis laches a la sortie de la salle.
      Pour ce qui est du twist final qui dailleurs est plus le coup de theatre du 3e acte, je suis entierement daccord sur ce que tu avances, mais je n’ai pas la culture suffisante sur Eastwood pour dire de telles choses, c’est pourquoi je ne fais que donner mon avis.
      De meme pour la sous-exposition ce n’est que mon avis PERSONNEL (Gran torino et Au-dela sur lesquels Tom stern a travaille aussi, m’ont caresse la retine), tu peux ne pas etre daccord mais troller ainsi pour juste dire : « vous pouvez remballer votre merde » n’est absolument pas constructif.

      Bref, merci pour ce commentaire qui m’a donne envie de regarder plus en profondeur la filmographie d’Eastwood (sincerement). J’espere que tu viendras plus souvent partager ce que tu as a dire car c’est bien le but de ce site (nous n’avons pas la pretention d’etre de grands critiques loin de la) et apres avoir vu le contenu de ton site, je suis convaincu que tu as enormement de choses interessantes a apporter. Aucun besoin de troller 🙂

      (desole pour cette reponse sans accentuation, clavier QWERTY au boulot oblige)

  • Eh bien voilà, un vieux Eastwood c’est fait.

    Bon, ce que j’aime pas chez lui c’est le côté noir, sombre, obscur de ses films, il a pas assez d’argent pour payer la lumière ou quoi ?! On se pète les yeux pour y voir quelque chose…

    Concernant le film, ça va, on a pas un survol des choses comme Polisse peut le faire, l’affaire Lindberg est un peu le point central, ensuite on a le reste des anecdotes donc le film est plutôt bien rythmé. Même si il y aurait pu avoir un travail plus précis sur certaines zones « d’ombres » ( drôle pour un film avec pareille luminosité ) du FBI.

    Perso, j’ai trouvé que son homosexualité n’était pas refoulé, mais au contraire, comme tout le reste de sa vie, mise de côté pour le profit de l’agence.

    C’est un film sympa, qui ne décolle pas des briques, mais qui sans trop en faire nous porte sur la rivière de la naissance de l’agence qui a tué Megaupload, Sal**d !