Nos avis Ciné

IN THEIR SKIN/REPLICAS: FUNNY GAMES CANADIEN


Mark, Mary et leur fils forment une gentille petite famille. Partis en vacances au vert, ils vont croiser la route d’une drôle de tribu qui aimerait bien prendre leur place…

  • Réalisateur(s): Regimbal Jeremy Power
  • Acteurs principaux: Selma Blair, Joshua Close, James D’Arcy, Rachel Miner
  • Date de sortie: 2012
  • Nationalité: Canadienne
Un "sous funny  games Canadien"

Un « sous funny games Canadien »

Le ‘Home Invasion’ est un sous genre à la trame assez simple dans son procédé ( Des personnes, en général patibulaires, c’est mieux! tentent de rentrer dans une maison sans y être invités pour torturer les maîtres des lieux) Dans cet exercice de style il y’a  les films cultes ayant posés les codifications  et les scènes d’anthologie. (Angst, Funny Games,) Il y’a également les moins connus mais pourtant tout aussi maitrisé dans leur matière, comme (Secuestrados, ou encore The Strangers). Depuis nombreux sont ceux qui se sont essayé à créer la peur panique en s’immiscant dans les moindres recoins de vôtre appartement, tapis dans le noir.

"Fallait pas les inviter"

« Fallait pas les inviter »

Le réalisateur Jeremy Power Regimbal en est à son premier coup d’essai ici avec In Their Skin. Du coup les maladresses sont vite naissantes, même si dans le premier tiers du film, il développe une famille assaillante parfaitement maîtrisée dans sa folie contenue, qui va grâce à des amorces banales réussir à décontenancer et provoquer nôtre famille « respectable », en les désarçonnant de l’intérieur et surtout à l’intérieur de leur couple fragilisé…L’impression novatrice donnée de cette montée progressive, dans cette folie latente, nous procure une sensation de jamais vu, (malgré des plans semblables à ceux de Michael Haneke) mais vite estompée par une deuxième partie du film s’embourbant maladroitement dans le chaos réactionnaire.

"Je te tiens pas la barbichette"

« Je te tiens pas la barbichette »

Au final, les scènes ne fonctionnent pas, ni celles sur le chantage affectif forcé, et encore moins celles sur la pression psychologique exercée sur la famille (ou d’ailleurs Selma blair et Joshua close sont en roue libre totale,  manquant d’un jeu impliqué). Le huit clos s’essouffle rapidement, (est vient même s’encombrer d’une scène de viol mal amenée,  mal orchestrée,) qui par le fait de sa mauvaise tension nous oblige à penser aux éventuelles manières de s’échapper, et il n’en manque pas!!!! (en effet nombre de fois ou les personnages ont l’occasion de s’emparer d’une arme, et y parviennent même, à un moment donné, pour finalement se rétracter….)

DECOUVRONS LA BANDE ANNONCE:

email
Réalisation 75%
Mise en scène 71%
Acteurs 72%
Ambiance sonore 61%
Ambiance générale 69%
Vote final

Pour ce premier métrage donc, à retenir quelques idées narratives probantes ( le fait que ce soit monsieur tout le monde qui puisse devenir l'assaillant), il manque juste au réal de quoi nous tenir en haleine plus constructivement, à la manière d'un "Secuestrados", film espagnol jusqu'au-boutiste dans son sujet, bientôt chroniqué ici même dans "nos meilleurs films"

Note finale 69%
Note des Lecteurs
0 votes
0