Nos avis Ciné

Illégitime : La force du cinéma roumain (bis)


Lors d’un repas de famille, quatre frères et sœurs découvrent le passé polémique que leur père leur a caché. Tandis que cette révélation divise la famille, un autre scandale surgit: Romi et Sasha, frère et sœur jumeaux, entretiennent secrètement un amour fusionnel et physique.

 

  • Réalisateur(s): Adrian Sitaru
  • Acteurs principaux: Alina Grigore, Adrian Titieni, Robi Urs
  • Date de sortie: 08/06/2016
  • Nationalité: Roumaine

Après avoir découvert le cinéma roumain il y’a quelques semaines avec « Baccalauréat », parlons d’un autre film roumain sorti en 2016. Deux films qui ont en commun de mettre en scène Adrian Titieni, un des acteurs roumains les plus côtés du moment. Tourné sans scénario prédéfini et avec un petit budget de 230 000 euros, « Illégitime » a bénéficié d’une méthode particulière de la part de son réalisateur Adrian Sitaru. Pour garantir une authenticité quasi-documentaire, Sitaru a voulu réaliser qu’une seule prise à chaque fois, en tenant à appliquer ce principe de réalité en laissant qu’une seule prise à chaque scène. Comme il le déclare : « Dans la vie réelle, nous n’avons pas la possibilité de vivre le même moment (ou tourner une même scène) une seconde fois, et chaque jour nous faisons des projets (tels des scénarios) que nous essayons de réaliser. Nous commençons à suivre notre projet, mais rapidement nous devons improviser car la vie est imprévisible. »

Dans ses premiers instants, « Illégitime » se présente comme un huis clos familial. Un repas de famille tourne au pugilat lorsque Roméo, le père de famille avoue à ses enfants son passé de médecin pour le régime communiste de Ceaucescu. Ses enfants, deux fils et deux filles ne comprennent pas le rôle de son père, autour de la question de l’avortement. Sitaru pose la question du secret de famille qui refait surface et qui bouscule les certitudes de chaque membre. Sauf que ce secret du père qui éclate dans le premier d’heure en cache un autre d’une toute autre dimension. Sasha et Romi, frère et sœur jumeaux, couchent en secret. Et Sasha, en couple avec Alex, va tomber enceinte de son propre frère. Si la mise en scène d’ « Illégitime » est moins puissante dans sa symbolique par rapport à « Baccalauréat », Sitaru crée un principe d’immersion, dans son atmosphère terriblement oppressante et ses zooms sur les visages des personnages aux moments cruciaux.

Si au départ, on peine à s’y retrouver dans la multitude des personnages, « Illégitime » devient nettement plus passionnant dans ce dilemme incestueux. La grossesse de Sasha pose d’abord question autour de l’identité du père, de l’éventualité de l’avortement puis se tourne sur l’annonce des deux « amants » à leur père. Se présentant comme un drame sur l’inceste, « Illégitime » est traversé par un trouble constant autour des sentiments des uns et des autres. En témoigne cette discussion sur l’avortement qui est mis en pratique par la grossesse de Sasha (elle veut avorter tant que Romi veut garder l’enfant). Même si le mot d’ « inceste » n’est quasiment jamais prononcé, la situation inextricable du film nous enferme, nous spectateur, par un véritable tour de force scénaristique et visuel. Ce dilemme cornélien entre Romi qui considère qu’il faut assumer leur amour et Sasha qui estime qu’il n’y a pas besoin d’un enfant pour matérialiser leurs sentiments est le nœud freudien de ce drame étouffant.

email
SCENARIO 73%
MISE EN SCENE 81%
ACTEURS 77%
PHOTOGRAPHIE 79%
BANDE SON 67%
APPRÉCIATION GENERALE 85%
Vote final

Intelligent et oppressant, « Illégitime » prouve une fois de plus la grande vitalité du cinéma roumain. Dans cette histoire d'inceste sur fond de secrets de famille, Sitaru slalome entre les lourdeurs pour ce drame, à la lisière du cinéma documentaire.

Note finale 77%