Nos avis Ciné

HOUSEBOUND: LE SOUS SOL DE LA PEUR!


Kylie Bucknell est forcée de retourner dans la maison où elle a grandi, suite à une décision de la court qui l’a mise en détention à domicile. Sa peine est d’autant plus insupportable du fait qu’elle a à y vivre avec sa mère Miriam, une pipelette bien intentionnée qui est convaincue que la maison est hantée. Kylie considère les superstitions de Miriam comme rien de plus qu’une forme de distraction face à une vie occupée par les légumes bouillis et commérages de villages. Cependant, elle se met à son tour à entendre d’inquiétants murmures et autres bruits étranges durant la nuit, et commence à se demander si elle n’a pas hérité de son imagination débordante, ou si la maison est réellement possédée par un esprit hostile plus que contrarié par ce nouveau mode de vie.
  • Réalisateur(s): Gerard Johnstone
  • Acteurs principaux: Morgana O’Reilly , Rima Te Wiata , Glen-Paul Waru
  • Date de sortie: 2014
  • Nationalité: Nouvelle Zélande
"Des relents en terme d'humour à la Evil dead, Braindead et bien d'autres encore!

« Des relents en terme d’humour à la Evil dead, Braindead et bien d’autres encore!

Quoi? Comment ça c’est Le premier film du néo Zélandais Gerard Johnstone? Mais c’est hallucinant ma bonne dame!!! Tout de même, avoir le sens du cadrage avec une précision aussi clinquante, martyriser le gros plan comme personne, savoir mélanger habilement une multitude de genres et de sous genres (on passe ici en une poignée de fraction de seconde de la comédie, au film fantastique, puis au film frissonnant, et BAM voilà la partie thriller qui s’amène, puis BIM le  slasher, et HOP on arrose d’humour noir!!!)  avec autant d’intensité, de drôlerie, de savoir faire et de génie, mais c’est tout bonnement jubilatoire et frustrant de jalousie ma bonne dame je vous dit!!

Oui cette chronique, mes chers amis, est en dilettante. Tout comme peut l’être cette fraîcheur filmique toute droite de jovialité, sortie des tiroirs de Nouvelle Zélande! Que c’est jouissif, fun, survolté, vitaminé, inventif, grand guignolesque parfois mais avec une réelle envie de nous plonger dans un grand lac remplit de bonbons colorés et pétillants. Je croule sous les qualificatifs pour cette attraction foraine de la terre du milieu, ou je suis prêt à renouveler l’achat de mon ticket dès à présent, pour faire un tour de montagne russe encore, encore et encore!!!

attention jump scare, "BOUH" trop tard!

attention jump scare, « BOUH » trop tard!

Bon sang de bon soir depuis 1991 que j’attends ce moment!! Depuis ce fameux jour ou  j’ai eu la chance de voir en salle privé ce chef d’œuvre (qui ressort en Blu-ray/DVD au moment ou j’écris ces lignes d’ailleurs dans une copie superbe!!) le grand, l’unique, l’extraordinaire film aux idées fourmillantes et foisonnantes, et le moins reconnu des Wes Craven à ce jour, je veux bien entendu, parler du « Sous sol de la peur »! Les similitudes sont étonnamment proches dans le concept, dans la forme et dans l’originalité du propos venant  de la part de Johnstone. Il se livre même (involontairement?) à copier pratiquement trait pour trait (ATTENTION SPOILER) le personnage qui vît entre les murs de la demeure, ressemblant étrangement au gamin du métrage de Craven!!!(FIN DU SPOILER).

Alors pour moi, c’est bien simple la note de ce film aurait été de 99,9%, mais nous sommes professionnels chez « Nos meilleurs films », donc ma conscience en tant que telle, préfère rester objective, et essayer de planifier avec droiture ce qui pourrait déplaire à chacun. Dans ce roller-coaster enjoué il ne va pas y’avoir de place, pour ceux qui s’attendent à un seul et unique film,  arborant une seule et unique trame. Car les twists sont nombreux, et plus l’affaire monte, plus la tension s’agite, jusqu’à un climax final totalement frappadingue et démesuré. OUI parfois il y’a des erreurs de temporalité ou de raccord entre certaines scènes, OUI l’aspect parfois « foutraque » pourra désorienter certains! Mais au final, se laisser bercer par ce chant de désinvolture scénaristique, ne peut faire de mal à personne. A aucun moment l’ennui ne surprend à vôtre porte, les temps morts sont inexistants, et la volonté farouche du réal de vous en mettre plein la gueule en situation de stress intense et d’humour noir forcé, qui carrément et en une fraction de seconde, sollicite vos émois, vos fous rires et vôtre dynamisme rétinien!

"Et Les draps s'en souviennent"

« Et Les draps s’en souviennent »

 

Il joue proprement avec vos nerfs et vos zygomatiques sur pratiquement chaque plan, on en oublie qu’il faille réfléchir aux certaines failles le composant. Au final quelle joie de pouvoir découvrir un cinéma d’horreur sachant combiner prouesse et inventivité, dans une combinaison respectueuse du genre en lui même. Dans cette période morne ou l’adolescent lambda, devient de plus en plus regardant sur la marchandise, allant piller généreusement dans les salles obscures la respectabilité des auteurs fournissant de tels ovnis travaillés, (petit aparté sur l’esclandre ANNABELLE)  Avec La pustule au front et le pop corn dans le cornet, galvanisé par un trop plein de films facilement à portée de main numériquement, j’invite le « jeune » à se refaire une santé dans une atmosphère ou il pourra rire et hurler, mais cette fois en sachant pourquoi….  (Housebound) ne sera peut être pas sacrifié sur l’autel du mouvement des hormones prépubères, mais trouvera son public au bout du compte croyez moi.! Mais malheureusement pour nous il n’aura pas du coup de sortie cinéma, mais bel et bien un direct to DVD, quel dommage.  Car celui ci crée la surprise, étonne savamment, et propose une alternative nouvelle et audacieuse dans sa manière d’interagir avec les personnages. Je vous conseille vivement Housebound pour tout cela.

DECOUVRONS LA BANDE ANNONCE:

email
Réalisation 89%
Mise en scène 92%
Acteurs 91%
Ambiance sonore 81%
Ambiance Générale 89%
Vote final

C'est tout simple , si vous êtes un fervent admirateur des "Goonies", ou "Du Sous sol de la peur", et des nombreux long métrages peuplant la fin des années 80 et le début de celles des années 90, ce film est pour vous!!! C'est généreux au possible, c'est croustillant comme une pomme d'amour, piquant comme un réglisse géant de fête foraine, entraînant comme une grande roue nous faisant admirer depuis ses hauteurs, son paysage caractéristique peuplé de train fantôme, de manèges lancés à vive allure, nous chamboulant cheveux au vent et l'œil humidifié de par tant de savoir faire..

Note finale 88%
Note des Lecteurs
0 votes
0