Nos avis Ciné

Heidi : Une bonne surprise !


Heidi, une jeune orpheline, part vivre chez son grand-père dans les montagnes des Alpes suisses. D’abord effrayée par ce vieil homme solitaire, elle apprend vite à l’aimer et découvre la beauté des alpages avec Peter, son nouvel ami. Mais la tante d’Heidi, estimant quil ne s’agit pas là d’une éducation convenable, place la fillette dans une riche famille de la ville. Heidi va-t-elle supporter cette vie, loin de la montagne et de son grand-père ?

  • Réalisateur(s): Alain Gsponer
  • Acteurs principaux: Anuk Steffen, Bruno Ganz, Isabelle Ottman
  • Date de sortie: 10/02/2016
  • Nationalité: Germano-suisse

Heidi-film-2016-grand-pere

 

Heidi a une histoire bien particulière dans la culture collective. C’est d’abord un roman de la Johanna Spyri, publié en 1880, qui a connu un vif succès et a permis à cette petite fillette de devenir un personnage mythique en Suisse, et au roman de faire parti des plus célèbres récits de la littérature de jeunesse. Puis, cette histoire a été adaptée et réadaptée sous toutes les formes, en dessin animé ou en série télévisée à de nombreuses reprises et sous diverses nationalités (ainsi, Heidi a donné lieu à des adaptations britanniques, autrichiennes, germano-suisse, françaises et même japonaises). Cette histoire a même vu le jour au cinéma en 1937 et en 2001, mais a aussi été adaptée (et c’est plus surprenant) au théâtre et en comédie musicale en 2004.

C’est à nouveau un réalisateur germano-suisse, Alain Gsponer qui s’est chargé d’adapter Heidi au cinéma, en rendant cette histoire plus moderne, sans perdre de sa fraîcheur et de son authenticité. Mes souvenirs d’Heidi étant très très lointains, résumons quelque peu cette histoire, qui est celle d’Heidi, orpheline, envoyée par sa tante qui ne peut pas s’occuper d’elle, chez son grand-père en pleine montagne. D’abord renfermé et peu accueillant envers Heidi, son grand-père va finalement l’accepter chez lui, où elle va sympatiser avec Peter, le fils des voisins, qui a le même âge qu’elle. Jusqu’au jour où la tante d’Heidi vient rechercher sa nièce afin de la vendre à une riche famille allemande en plein centre ville. La petite orpheline va se retrouver totalement mal à l’aise dans cet environnement réglé à la minute et très mondain, loin de son esprit de liberté.

Que cela fait du bien de voir un peu d’optimisme au cinéma, avec ce film, que j’ai vu dans une salle quasi-pleine, preuve de l’engouement pour un retour à des valeurs universelles et positives. Ce film est, en effet, un bon bol d’air en montagne, où l’on s’attache très vite à Heidi, espiègle et intrépide qui s’attache à cette vie détachée de la ville, jouée par Anuk Steffen, très convaincante. Le film gagne d’abord à être vu pour ses paysages magnifiques, mis en scène de manière aérien et en mouvement. Car en effet, le talent du cinéaste est de parvenir à capter le souffle de liberté que dégage ce film tendre et romanesque. Si l’on ne connait pas (ou que l’on a oublié comme moi) cette histoire, on rentre très vite dans ce film de par cette affection progressive entre Heidi et son grand-père. Puis, la séparation par sa tante, où Heidi va devoir supporter de se faire réprimander par « sa nouvelle mère ». Heureusement, elle va s’attacher à Clara, « sa nouvelle soeur » handicapée, qu’elle va tenter de sortir des conventions castratrices de cette famille.

Joli film familial, « Heidi » n’évite pas les quelques longueurs et un manque d’enjeux narratif dans son récit. On peut soulever un académisme évident et un classicisme évident. Néanmoins, l’essentiel est ailleurs ici. Car si l’on pense beaucoup à « Belle et Sébastien », autre saga animée et télévisée, « Heidi » parvient à délivrer un vrai message, sous des airs de carte postale. Il s’agit de prôner haut et fort la tolérance des individus, et notamment celle entre la vie sauvage et la vie plus riche et éduquée (avec la lecture et l’écriture comme points d’ancrages). Le film parvient très bien à entremêler les deux et démontre les possibilités de se comprendre les uns envers les autres. Il délivre ainsi un très beau message de tolérance, envers les handicaps notamment (la grand-mère de Peter aveugle, Clara en fauteuil roulant).

Agréablement surpris par ce film plein de légèreté et de sensibilité, « Heidi » contraste avec d’autres productions animées ou destinées aux enfants, qui sont parfois un peu débilisantes ou qui insinuent des valeurs d’avarice ou d’égoisme. Ici, avec ce film, c’est tout l’inverse avec ce vrai « feel-good movie » à voir en famille en ces vacances de février.

 

email
SCENARIO 74%
MISE EN SCENE 69%
ACTEURS 81%
BANDE SON 81%
PHOTOGRAPHIE 87%
APPRECIATION GENERALE 76%
Vote final

Agréablement surpris par ce film plein de légèreté et de sensibilité, « Heidi » contraste avec d'autres productions animées ou destinées aux enfants, qui sont parfois un peu débilisantes ou qui insinuent des valeurs d'avarice ou d’égoïsme. Ici, avec ce film, c'est tout l'inverse avec ce vrai « feel-good movie » à voir en famille en ces vacances de février.

Note finale 78%