Nos avis Ciné

Gallows : Usé jusqu’à la corde…


Dans une petite ville, un accident se produit pendant le spectacle de fin d’année du lycée et fait plusieurs morts. Vingt ans plus tard, des lycéens du même établissement remontent la pièce pour rendre hommage aux victimes de la tragédie, mais découvrent qu’il vaut mieux parfois ne pas ressusciter les fantômes…

  • Réalisateur(s): Travis Cluff, Chris Lofing
  • Acteurs principaux: Reese Mishler, Pfeifer Brown, Ryan Shoos
  • Date de sortie: 22/07/2015
  • Nationalité: Américaine
Un film d'horreur banal et peu effrayant...

Un film d’horreur banal et peu effrayant…

 C’est peu dire que les films d’horreur sont légion en cet été 2015. Après « Poltergeist », les réussis « Insidious 3 » et « Unfriended », et alors que « Les dossiers secrets du Vatican » est sorti cette semaine ( et avant que « Sinister 2 » n’arrive en août), « Gallows » arrive ainsi en salles au coeur de l’été, période donc faste et pouvant cibler un public adolescent évident. Aux commandes de ce nouveau film d’horreur, le producteur Jason Blum, fondateur de la société Blumhouse, qui était parvenu avec « Unfriended » à flanquer une sacrée frousse avec un concept novateur. On reprend le même et on recommence, avec cette bande d’ados un peu cons (il faut le dire) ayant une idée assez saugrenue de se rendre dans leur lycée en pleine nuit pour saccager le théâtre, la veille d’une importante représentation, alors même qu’un terrible accident était survenu 20 ans plus tôt (un des comédiens s’est pendu accidentellement).

Le point de départ de « Gallows » est somme toute assez bête, et le reste ne relève pas le niveau ! On peut se poser la question de l’intérêt de faire la même pièce de théâtre de l’accident, avec qui plus est les mêmes décors. Le film déploie une certaine bêtise inattendue, à l’image de la première demie-heure assez lente, qui accumule les clichés adolescents où l’on critique sans arrêt les garçons un peu obèses que l’on peut frapper à l’envie, où les filles assez laides que l’on n’hésite pas à maltraiter (à l’image de ce qu’avait fait « Profs 2 »).

Une fois le found footage mis en place (le film utilise le principe de la caméra subjective, là encore un peu bizarre de s’auto-filmer pour aller saccager son école !), « Gallows » use et abuse de jump-scares ratés (on sursaute vraiment très très peu), à l’intérieur d’un scénario de vengeance bien trop classique et déjà largement éventé dans la bande-annonce du film. Tout sonne faux dans ce film, le jeu d’acteurs archi-mauvais, le montage en « pièce à conviction » et l’ouverture de portes censé être flippant laisse constamment sur sa faim. Pour nous français, le film révèle aussi un double-sens assez tragique et douteux (où le film n’y ait pour rien) puisque le pendu/fantôme s’appelle Charlie et lorsque l’un des personnage déclare : « Je suis Charlie, je suis mort », on ne peut que penser à la tragédie de Charlie Hebdo.. Sous couvert d’une histoire de fantômes, « Gallows » patine et se révèle plus ennuyeux qu’effrayant… Finalement, il n’y a que les deux dernières minutes qui sont les plus effrayantes (et encore) et qui laissent peut-être le seul souvenir d’un film, totalement oubliable…

BANDE-ANNONCE DU FILM :

 

 

email
SCENARIO 45%
MISE EN SCENE 34%
ACTEURS 44%
PHOTOGRAPHIE 34%
TROUILLOMETRE 45%
APPRECIATION GENERALE 44%
Vote final

Après le concept novateur d'"Unfriended", Jason Blum revient au found-footage classique, avec ce "Gallows", raté et proposant un scénario et un concept usé jusqu'à la corde... Tout sonne faux dans ce film qui accumule les clichés et qui déçoit les fans du genre horrifique. Peut-être le signe d'un essoufflement criant du found footage ??!!

Note finale 41%