Nos avis Ciné

Friend request : Série B à réserver aux ados connectés


Interdit aux moins de 12 ans
Laura, étudiante branchée, partage sa vie sur Facebook avec ses 800 amis. Par gentillesse, elle accepte la demande d’ami de Marina, une étudiante introvertie mais qui devient vite envahissante.
En tentant de la supprimer de sa liste d’amis, Laura va déclencher des forces paranormales et voir ses proches être décimés les uns après les autres…

  • Réalisateur(s): Simon Verhoeven
  • Acteurs principaux: Alycia Debnam-Carey, Brit Morgan, William Moseley
  • Date de sortie: 23/11/2016
  • Nationalité: Allemande

169878.jpg-r_1280_720-f_jpg-q_x-xxyxx

 

« Friend request » est ce que l’on pourrait appeler un film cosmopolite. Le film est produit par le réalisateur allemand Simon Verhoeven et des sociétés allemandes, l’histoire du film est censée se dérouler en Californie, alors qu’il a été tourné à Cape Town en Afrique du Sud. L’idée de départ de « Friend request » est venue le jour où Simon Verhoeven a remarqué sur Facebook que le profil d’une de ses connaissances décédées était toujours actif et envoyait des messages. Ce n’est pas le premier film qui aborde le danger des réseaux sociaux : après le biopic consacré à Mark Zukerberg dans « The social network », le cinéma horrifique s’est emparé du sujet l’année dernière avec le très réussi « Unfriended » qui suivait un groupe d’amis menacé par un esprit maléfique s’ils se déconnectaient. Prenant le point de vue d’un écran d’ordinateur qui renforçait l’immersion, le film d’horreur 2.0 dénonçait l’hypocrisie facile d’adolescents dans un film à concept fort et novateur.

Après « Skype » dans « Unfriended », « Friend request » se penche sur les dérives de Facebook, en voulant dénoncer la simplicité avec laquelle les utilisateurs de Facebook peuvent devenir « ami » avec quelqu’un en un seul clic et cesser de l’être tout aussi aisément. Le cinéaste analyse : « De soi-disant amis accèdent à une foule d’informations, créant l’illusion de se connaître très bien, ce qui n’est pas le cas. Selon toute vraisemblance, le risque de se faire avoir, coire de subir des déconvenues dans l’univers virtuel, est exacerbé. »

Friend_Request

Sur un pitch accrocheur, le film commence assez rapidement par nous présenter Laura (interprétée par Alycia Debnam-Carey, découverte dans la série « Fear the walking dead »). Cette fille sociale va avoir de la pitié pour Marina, une étudiante de son lycée, gothique et discrète, qui va demander Laura en amie. Une fois l’invitation acceptée, Marina va devenir de plus en plus envahissante, en tentant de s’inviter à la fête d’anniversaire de Laura, et en lui envoyant des tonnes de messages…Après une dispute, Laura va retirer Marina de sa liste d’amis, grave erreur, tant celle-ci va la hanter. « Friend request » part d’un principe très intelligent, celui de montrer la dépendance aux réseaux sociaux que certains peuvent avoir. De là, est décrit le décalage dans la définition des « amis facebook », si pour Laura, cette notion englobe les vagues connaissances avec cette envie d’en avoir le plus possible, pour Marina, un « ami facebook » a la même valeur qu’un véritable ami. Une réflexion intéressante sur notre époque, entre narcissisme et hypocrisie.

Malheureusement, « Friend request » est beaucoup moins abouti lorsqu’il prend le chemin du cinéma fantastique, avec des codes visuels repris du cinéma de Tim Burton, mais sans la poésie qui l’accompagne. Tout est fait pour séduire les adolescents (le véritable cœur de cible du film), en multipliant les fameux jumpscares (les effets pour sursauter), au détriment d’une montée de l’angoisse. Si la peur est parfois au rendez-vous, le récit pâtit d’un manque de rythme, pas aidé par des jeunes acteurs clairement décevants. Le spectateur aura cette désagréable impression de tourner en rond dans cette histoire qui avait un réel potentiel.

 

email
SCENARIO 60%
MISE EN SCENE 62%
ACTEURS 64%
PHOTOGRAPHIE 62%
TROUILLOMETRE 56%
APPRECIATION GENERALE 62%
Vote final

Malgré un pitch prometteur, « Friend request » n'est qu'une petite série B ne parvenant pas à atteindre les frayeurs qu'avaient su provoquer « Unfriended ». Si la première demie-heure est assez intéressante dans sa volonté de montrer les dangers de Facebook à cause des codes de la société actuelle, ce thriller horrifique s'enlise rapidement dans des clichés. A réserver aux ados uniquement pour leur montrer (s'il le faut encore) les dangers des réseaux sociaux.

Note finale 61%