Nos avis Ciné

En eaux troubles : Statham contre des (gros) requins !


Au cœur de l’océan Pacifique, le sous-marin d’une équipe de chercheurs a été attaqué par une créature gigantesque qu’on croyait disparue : le Megalodon, un requin préhistorique de 23 mètres de long.
Le sauveteur-plongeur Jonas Taylor doit risquer sa vie pour sauver les hommes et les femmes prisonniers de l’embarcation… et affronter le prédateur le plus terrible de tous les temps. 
  • Réalisateur(s): Jon Turteltaub
  • Acteurs principaux: Jason Statham, Bingbing Li, Rainn Wilson
  • Date de sortie: 22/08/2018
  • Nationalité: Américaine

Depuis le sacre de Spielberg avec « Les dents de la mer », les films de requins n’ont cessé d’investir les salles obscures mais aussi les rayons dvd avec les nanars « Sharnado », « Shark attack » et autres « Requins à deux têtes ». Doté d’un gros budget de 150 millions de dollars, « En eaux troubles » est le film de requin le plus cher de tous les temps, loin devant « Les dents de la mer » (et ses 8 millions), et « Peur bleue » qui détenait le record jusqu’ici(60 millions). Dernièrement, ce genre tant de fois rebattu avait su trouver un second souffle avec deux films en huis clos oppressants : « Instinct de survie » (de Jaume Collet-Serra), et « 47 meters down ». En tous les cas, « En eaux troubles » est un projet de longue date, Disney ayant prévu en 1997 d’adapter le roman « Meg, a novel of deep terror ». Après de multiples tumultes, Eli Roth était pressenti par Warner Bros, mais le cinéaste d’ « Hostel » voulait en faire un film plus violent. C’est finalement Jon Turteltaub, un spécialiste du divertissement (Rasta Rockett, Benjamin Gates) qui adapte ce long projet.

« En eaux troubles » s’inscrit dans la pure tradition des films de requin, mais Turteltaub recentre son récit sur l’action, au détriment de l’horreur, absente du film. Les fans de « Piranhas » (aussi bien de l’original de Joe Dante que de l’adaptation d’Alexandre Aja) risqueront fort d’être déçus, tant ce « Eaux troubles » n’utilise jamais la violence et se montre avare en hémoglobine. Le long-métrage se situe en réalité dans la droite lignée de la filmographie de l’acteur Jason Statham, concentrée sur l’action à gogo. L’acteur déteint sur le film, où un plongeur hanté par un choix difficile qui sacrifia 8 personnes, va être appelée pour sauver son ex-femme prise au piège dans une capsule où rôde un mégalodon. Evidemment, l’héroïsme est de mise et le film va prendre un malin plaisir à multiplier les séquences sous-marines de grande tension, avec un rythme assez soutenu. Les autres personnages sont quelques peu sacrifiés avec des intérêts mièvres. Si »En eaux troubles » ne révolutionnera pas le film de requin, l’orientation du film vers le film d’action à 100 à l’heure permet de nous faire passer un bon moment. Orné de séquences « sacrificielles » et de « sauvetage » de petite fille avec une love story sous-jacente, le film coche toutes les cases méthodiquement qui font le sel de ce sous-genre, tout comme celui du thriller d’action d’ailleurs.

Le vrai problème d’ « En eaux troubles » réside dans son manque cruel de violence et de cruauté façon « Jurassic World 2 ». On garde en mémoire le bain de sang mémorable et inoubliable de « Piranhas » (celui d’Aja). Ici, la séquence d' »attaque des touristes » se trouve réduite à une toute petite scène de 5 minutes, qui va tellement vite qu’elle ne nous fait pas vraiment tressauter. On ressent également avec un peu trop d’insistance la volonté de plaire au marché chinois, avec une intrigue située en Asie du Sud-Ouest (entre Chine et Thailande), et un casting qui accorde les plus « beaux » rôles aux personnages chinois. Ceci n’est pas gênant en soi mais la sauce a parfois du mal à prendre avec cet aspect du récit très centré sur la famille et ce personnage écrasant de Jason Statham. On retiendra toutefois une 3D assez immersive et réussie et de l’action qui fera passer un savoureux moment malgré tout.

email
SCENARIO 66%
MISE EN SCENE 72%
ACTEURS 68%
PHOTOGRAPHIE 74%
3D 71%
APPRECIATION GENERALE 61%
Vote final

Finalement, "En eaux troubles" est loin de révolutionner le film de requin, en raison d'un héroïsme forcené et d'un scénario trop classique. Toutefois, le choix d'emmener ce sous-genre vers le film d'action porté par un de ses maîtres Jason Statham permet de nous faire passer un bon moment sans risquer de se noyer le cerveau.

Note finale 68%