Nos avis Ciné

Dernier train pour Busan : la claque de l’été !!


Interdit aux moins de 12 ans
Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l’état d’urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu’à Busan, l’unique ville où ils seront en sécurité…

  • Réalisateur(s): Sang-Ho Yeon
  • Acteurs principaux: Gong Yoo, Kim Soo-Ahn,Yu-Mi Jeong
  • Date de sortie: 17/08/2016
  • Nationalité: Sud-coréenne

dernier-train-pour-busan-trailer-961297

Présenté en Séance de minuit au dernier Festival de Cannes, « Dernier train pour Busan » est le premier film de fiction du cinéaste sud-coréen Sang-Ho Yeon. Son nouveau film est en réalité la suite du film d’animation « Seoul Station » décrivant déjà une histoire de zombies « dans une ambiance plus sombre et un message social social plus fort » selon le réalisateur. Habituellement réservé au cinéma hollywoodien, le sous-genre des morts-vivants n’est pas nouveau (depuis le film White zombie de Victor Halperin en 1932), mais a été popularisé par George Romero en 1968 avec le cultissime « nuit des morts-vivants » donnant lieu à pléthores de suites dans les années 70 et 80 en espérant surfer sur le succès de Romero. Après une disparition du genre dans les années 90, le film de zombie est redevenu à la mode dans les années 2000 et s’est pérennisé dans les années 2010, avec comme films marquants « 28 jours plus tard » de Danny Boyle (2002), « L’armée des morts » de Zack Snyder (2004) ou d’autres films misant sur une mélange horrifique et comique comme la comédie romantique « Warm zombie », la transformation de moutons dans « Black sheep » ou le très réussi « Bienvenue à Zombieland » et « Shaun of the dead ». Alors que la série télé « The walking dead » continue de cartonner avant l’arrivée de la 7ème saison, c’est cette fois le cinéma sud-coréen qui s’attaque au genre avec une particularité, celui de filmer son histoire dans un train. Pour Sang Ho-Yeon, « le train propose un espace clos et répétitif. Tous les wagons et compartiments se ressemblent. Il y’a beaucoup de scènes d’action dans le film mais je n’ai pas voulutrop les découper, afin de permettre aux spectateurs de se repérer plus facilement. »

dernier-train-busan-pix2

Mélange entre « The snowpiercer » (autre film sud-coréen se passant dans un train pendant une nouvelle glaciaire), « 28 jours plus tard » et « The walking dead », « Dernier train pour Busan » se détache très vite de ses influences, en déployant un scénario terrifiant et accrocheur. On commence par suivre Seok-woo, homme d’affaires, délaissant complètement sa famille et sa petite fille Su-An lui demandant pour son anniversaire d’aller à Busan. Ce lieu de protection du monde extérieur (et donc à l’écart de l’épidémie) va se transformer en lieu de danger lorsque une mystérieuse passagère infectée va embarquer dans ce train. Tous les poncifs habituels du film de zombie sont réunis mais Yeon Sang-ho s’amuse constamment à intégrer des trouvailles dans son travail de l’espace clos, pour surprendre le spectateur. L’une des grandes réussites du film est aussi de laisser une grande place pour les personnages créant un microcosme (le couple qui attend un enfant, l’équipe de base-ball, le patron capitaliste, l’homme sans-abri qui avait prévu la catastrophe, les deux sœurs âgées entre autres), et chacun de ses personnage éprouve des émotions, et ne sont pas réduit à des morceaux, tant est si bien que la mort de bon nombre d’entre eux nous émeut et nous touche.

« Dernier train pour Busan » parvient également à tisser une micro-société dans ce train à grande vitesse, avec une critique fine mais acerbe du capitalisme. L’autre force du film est d’être avant tout un pur film d’action, marqué par un rythme effréné tout en présentant un cadrage soigné. Efficaces et impressionnant, les effets spéciaux n’ont pas à rougir des productions hollywoodiennes, et notamment au film « World War Z », certes bon également mais qui ne parvient pas à atteindre la virtuosité et l’énergie du film coréen.

email
SCENARIO 92%
MISE EN SCENE 93%
ACTEURS 88%
EFFETS SPECIAUX 93%
BANDE SON 87%
APPRECIATION GENERALE 94%
Vote final

A la fois explosif et intelligent, « Dernier train pour Busan » est probablement le film le plus passionnant de l'été (voire de l'année). Avec sa narration fluide et palpitante (les 2 heures passent aussi vite qu'un TGV), Seon Ho-Yeon parvient à renouveler le film de zombies avec une folie flamboyante. Une claque cinématographique qui donne envie de remonter dans le train avec le cinéaste.

Note finale 91%