Nos avis Ciné

Deepwater : Tendu et spectaculaire !


Film avec avertissement. D’après l’incroyable histoire vraie de la plus grande catastrophe pétrolière de l’histoire.
La plateforme Deepwater Horizon tourne non-stop pour tirer profit des 800 millions de litres de pétrole présents dans les profondeurs du golfe du Mexique. Mike Williams, électricien sur la plateforme et père de famille, connaît les risques de son métier mais fait confiance au professionnalisme de son patron Jimmy Harrell. En revanche, tous se méfient de la société locataire de la plateforme dirigée par Donald Vidrine, qui ne pense qu’à son bénéfice. Lorsque cette société décide contre l’avis des techniciens de la déplacer trop rapidement, il sont loin de se douter que les 5 millions de barils sous leurs pieds sont prêts à exploser… Le seul courage de Mike et ses collègues suffira-t-il à limiter les dégâts et sauver ce qui peut encore l’être ?

  • Réalisateur(s): Peter Berg
  • Acteurs principaux: Mark Wahlberg, Dylan O’Brian, Kate Hudson
  • Date de sortie: 12/10/2016
  • Nationalité: Américaine

ye6v

« Deepwater » raconte la tristement célèbre catastrophe écologique survenue dans le Golfe du Mexique en 2010. Cette tragédie a occasionné une terrible marée noirée et a causé la mort de onze personnes et plus d’une centaine de blessés. Pour transposer à l’écran ce plus grand accident écologique de l’histoire des Etats-Unis, c’est Peter Berg qui se colle à la réalisation, après avoir signé de nombreux films d’action (« Hancock » avec Will Smith, « Battleship » et dernièrement le film de guerre « Du sang et des larmes »). Avant son prochain film attendu relatant l’attentat du marathon de Boston qui sortira en janvier prochain, Peter Berg réalise donc « Deepwater » au budget important de 110 millions de dollars et s’inscrivant dans la veine du film catastrophe. Deux des acteurs de « Deepwater » ont d’ailleurs joué dans d’autres films catastrophes en haute mer, Kurt Russell jouant dans « Poséidon » et Mark Wahlberg dans « En pleine tempête ».

Dans « Deepwater », on retrouve tous les codes traditionnels du film catastrophe : la présentation des personnages et des enjeux, la catastrophe et la résolution bien souvent accompagnée d’une morale. A ceci près qu’ici, la catastrophe se déroulant sur un temps court par le fait qu’elle se déroule sur une plateforme pétrolière et donc un espace restreint. Cependant, certains films sont parvenus avec un temps de catastrophe très court a donner lieu à de grand film, comme « The impossible » en 2012 qui suivait une famille américaine pris au piège par le tsunami de 2004 en Thailande. Peter Berg s’attèle à se servir de cette histoire vraie pour mettre en avant le courage d’hommes solidaires dans l’adversité. Dans la première partie, on suit donc les membres de cette plateforme pétrolière où plus rien ne semble fonctionner, et où le personnage de Mike Williams (joué par Mark Wahlberg) alerte ses supérieurs sur les dysfonctionnements de la plateforme. On découvre dans les premières 45 minutes, le mécanisme bien particulier du pompage du pétrole, avec certes l’utilisation d’un langage simplifié et schématisé, mais parfois toujours un peu complexe.

Mais l’essentiel n’est pas de tout savoir sur ce métier, mais de suivre ces hommes au plus près dans leur travail si ingrat et difficile, et de s’attacher à eux. Vient le temps de la catastrophe, assez courte finalement (environ 20-25 minutes) mais extrêmement bien réalisée. Le travail de Peter Berg qui filme avec attention la plateforme et tous ses éléments (le métal, la rouille) se retrouve dans sa manière de filmer la catastrophe. Le cinéaste donne l’impression de filmer une cocotte minute sous pression pendant toute la première partie, avec d’exploser littéralement, ce qui a un côté assez jouissif pour le spectateur. La bande-son du film composée par Steve Jablonsky (à qui l’on doit les musiques d’autres blockbusters comme « Transformers ») participe à la réussite de cette production certes assez balisé mais réussi sur le plan spectaculaire. Le film présente aussi la particularité pour un film catastrophe de délivrer un message écologique (certes un peu trop discret) sur l’exploitation du pétrole à tout prix par les hommes, au risque de catastrophes comme celle-ci. Le final délivre aussi des images d’archives sur les ouvriers de cette plateforme, portés comme des héros, et rend hommage aux onze hommes ayant laissé la vie dans cette catastrophe.

 

email
SCENARIO 73%
MISE EN SCENE 84%
ACTEURS 78%
BANDE SON 83%
EFFETS SPECIAUX 87%
APPRECIATION GENERALE 86%
Vote final

Malgré son scénario assez classique reprenant la construction habituelle des films catastrophes, « Deepwater » est un film tendu tout du long, rythmé et spectaculaire sur sa seconde partie.

Note finale 81%