Nos avis Ciné

Dans les forêts de Sibérie : Dépaysant


Pour assouvir un besoin de liberté, Teddy décide de partir loin du bruit du monde, et s’installe seul dans une cabane, sur les rives gelées du lac Baïkal.
Une nuit, perdu dans le blizzard, il est secouru par Aleksei, un Russe en cavale qui vit caché dans la forêt sibérienne depuis des années.
Entre ces deux hommes que tout oppose, l’amitié va naître aussi soudaine qu’essentielle.

  • Réalisateur(s): Safy Nebbou
  • Acteurs principaux: Raphael Personnaz, Evgueni Sidhikine
  • Date de sortie: 15/06/2016
  • Nationalité: Française

dans-les-forêts-de-sibérie

 

Avant d’être un film, « Dans les forêts de Sibérie » est le récit de l’aventurier Sylvain Tesson, paru en 2011, qui raconte les quelques mois pendant lesquels il a choisi de vivre seul, tel un ermite dans une cabane isolée du monde en Sibérie. C’est le cinéaste Safy Nebbou qui s’y colle en adaptant ce livre, mais dont Sylvain Tesson a recommandé de ne pas trop se centrer sur le livre, risquant d’ennuyer le spectateur. Dans cette optique, Safy Nebbou a décidé d’implanter à l’histoire originale, une intrigue parallèle, celle de ce russe Aleksei, qui se cache dans cette forêt sibérienne, et qui va se lier d’amitié avec Teddy, le personnage principal qui prend les habits de Sylvain Tesson.

« Dans les forêts de Sibérie » nous immerge dès les premières minutes dans l’épaisse taiga sibérienne, où l’on suit un homme Teddy, lassé du monde moderne, y vivre pour un temps indéterminé. On ignore toutes les raisons soudaines de ce départ, ce qui est un peu frustrant dans l’histoire, tant on aurait aimé voir comment ce déclic dans la vie de Teddy l’aurait amené la vie urbaine pour une vie sauvage. Mais il faudra s’y faire et l’on suit donc l’arrivée de Teddy en Sibérie, aidé par des locaux russes prêts à l’aider dans sa folle aventure, en vivant sur une cabane près d’un lac gelé. Le film se positionne entre un émerveillement des paysages glacés sublimes et une certaine lenteur dans son scénario, mais une lenteur qui n’est pesante mais qui permet de ressentir un souffle rafraichissant dans l’histoire racontée.

Cette aventure sibérienne est vécue par le jeune espoir du cinéma français Raphaël Personnaz, qui s’était fait discret l’an passé, et qui porte entièrement sur ses épaules ce film, lui qui est pendant une bonne partie du film seul. « Dans les forêts de Sibérie » se divise en deux parties, la première est centrée sur ce personnage de Teddy, avec son installation dans la cabane, sa vie au grand air mais aussi les galères (le froid évidemment!!) mais aussi sa rencontre avec un ours lors d’une scène cocasse où pendant qu’il se baigne nu dans l’eau glacée, il assiste au saccage de sa cabane de l’ours recherchant de la nourriture. Après une première plutôt contemplative (ce qui n’est pas une insulte dans le cas présent), le film bascule lorsque Teddy fait la rencontre d’Aleksei, qui, pour ne pas aller en prison suite à un crime, s’est isolé dans cette forêt, le temps que le crime soit prescrit. Dès lors, une amitié naissante basée sur la confiance va naître entre les deux hommes, et replacer le concept d’humanité dans une nature hostile.

Même si le film porte quelques incohérences et si Safy Nebbou n’évite pas les longueurs, cette invitation au lâcher prise fait énormément de bien, et va à l’encontre des préceptes de vitesse incessante aussi bien dans nos vies contemporaines que dans le cinéma en règle générale. Safy Nebbou nous laisse réfléchir sur notre condition humaine à l’intérieur d’un voyage dépaysant, qui développe par la même occasion (et sans avoir l’air d’y toucher) un discours écologique discret mais bien présent mais surtout touchant. Le film se retrouve aussi magnifié par cette musique formidable d’Ibrahim Maalouf qui enveloppe le long-métrage avec une vraie sincérité et une authenticité remarquable. Une aventure rafraîchissante idéale, simple et belle, invitant aussi bien au voyage qu’à la réflexion.

 

email
SCENARIO 74%
MISE EN SCENE 79%
ACTEURS 77%
BANDE SON 89%
PHOTOGRAPHIE 86%
APPRECIATION GENERALE 83%
Vote final

Magnifié par cette musique formidable d'Ibrahim Maalouf qui enveloppe le long-métrage avec une vraie sincérité et une authenticité remarquable, "Dans les forêts de Sibérie" est une aventure rafraîchissante idéale, simple et belle, invitant aussi bien au voyage qu'à la réflexion.

Note finale 81%