Nos avis Ciné

Dalida : Un biopic romanesque imparfait


De sa naissance au Caire en 1933 à son premier Olympia en 1956, de son mariage avec Lucien Morisse, patron de la jeune radio Europe n°1, aux soirées disco, de ses voyages initiatiques en Inde au succès mondial de Gigi l’Amoroso en 1974, le film Dalida est le portrait intime d’une femme absolue, complexe et solaire… Une femme moderne à une époque qui l’était moins … Malgré son suicide en 1987, Dalida continue de rayonner de sa présence éternelle.

  • Réalisateur(s): Lisa Azuelos
  • Acteurs principaux: Sveva Alviti, Ricciardo Scarmacio, Jean-Paul Rouve, Nicolas Duvauchelle
  • Date de sortie: 11/01/2017
  • Nationalité: Française

DALIDA de Lisa Azuelos

Après des biopics sur Edith Piaf avec « La môme », Serge Gainsbourg ou encore Claude François, c’est au tour de Dalida, une autre légende musicale française de voir sa vie transposée sur grand écran. C’est la réalisatrice Lisa Azuelos qui s’était révélée avec « LOL », une délicieuse comédie sur une relation mère-fille avec Sophie Marceau, qui s’est attelée à ce projet d’envergure. Pourtant pas particulièrement fan de Dalida, Lisa Azuelos s’est sentie comme connectée au destin hors du commun de la chanteuse. Le montage du film n’a pas été de tout repos, plusieurs fois repoussé avec des changements de réalisateurs et d’actrice principale, et la réalisatrice a dû couper une heure du montage initial (le film ne durant finalement que deux heures au lieu des trois prévues). Lisa Azuelos a fait le choix de raconter toute la vie de Dalida, de sa naissance à sa mort, ce qui peut paraître difficile de résumer une vie aussi riche en 2 heures ! La cinéaste a aussi choisi un angle unique, celui de se concentrer sur la vie privée et l’oeuvre de la chanteuse, en mettant complètement de côté d’autres aspects de sa vie, comme le travail ou les répétitions de ses chansons. Pour incarner Dalida, c’est l’actrice italienne Sveva Alviti, totalement inconnue qui a été choisie. Joueuse de tennis professionnelle dans sa jeunesse, puis mannequin, elle décroche ici son tout premier rôle. L’actice a ainsi eu neuf mois pour se préparer au rôle, en apprenant le français notamment, langue qu’elle ne connaissait pas.

Dalida-la-resurrection

Tourné en France, en Italie et au Maroc et étalé pendant 3 mois, ce film sur « Dalida » est un plaisir pour les fans de la chanteuse, qui auront un plaisir non dissimulé à réentendre les chansons qui ont fait la star. Mais en raison du choix de la réalisatrice de vouloir raconter toute la vie de la chanteuse en mode condensé, on a parfois l’impression d’assister à un « film juke-box » où chaque moment de la vie de Dalida se trouve accompagné d’une musique qui lui correspond, ce qui confère au film un côté compilation assez répétitif. Le film illustre parfaitement la puissance romanesque de la vie de Dalida avec un côté sentimentaliste appuyé. Il nous montre aussi à ceux qui (comme moi) ignoraient le destin fou de la chanteuse, tous les drames qui ont émaillées sa vie. Dès son enfance où elle a assisté à l’arrestation politique de son père ou encore son infection aux yeux (où elle devait porter un bandage pendant 40 jours), la chanteuse a eu une vie privée extrêmement tumultueuse où elle fréquenta de nombreux hommes, dont trois d’entre eux se sont successivement suicidés : son mentor Lucien Morisse, Luigi Tenco et Richard Chanfray. Elle a pris le choix contestable et difficile d’avoir avorté de Lucio, un jeune homme encore étudiant, par peur du regard des autres. Une vie tragique retranscrite dans ce qui se veut être un film sur la solitude d’une femme.

Lisa Azuelos filme ici comme un roman photo où l’image très léchée et souvent en gros plan peut parfois lasser tout en nous imprégnant des images fortes en tête, notamment lors des séquences sur scène ou de la séquence émotionnellement forte du suicide de la star. On passe un bon moment devant ce biopic romanesque, mais toutefois on regrette le parti-pris de la réalisatrice de ne pas avoir suffisamment abordé la vie professionnelle de la chanteuse ou encore d’avoir mis de côté de nombreux points qui semblaient pourtant important, comme sa relation supposée avec François Mitterrand. Dans sa traduction de la vie si atypique de la chanteuse, l’actrice Sveva Alviti y est le véritable point fort du film, tant elle est magnétique et lumineuse et signe ici une sacrée performance, en guise de carte de visite pour la suite de sa carrière.

email
SCENARIO 62%
MISE EN SCENE 77%
ACTEURS 82%
PHOTOGRAPHIE 76%
BANDE SON 86%
APPRECIATION GENERALE 63%
Vote final

Pour résumer, ce biopic romanesque sur Dalida est un plaisir pour les oreilles (à condition d'aimer son oeuvre), avec un condensé de toutes les chansons de la star. En revanche, d'un point de vue purement cinématographique, le bilan est plus mitigé, à cause d'un scénario trop déstructuré et condensé, ne laissant que peu de place aux émotions, alors que le film est chargé de sentiments. On retiendra essentiellement la performance forte et incroyable de Sveva Alviti.

Note finale 74%