Nos avis Ciné

Film Restless [Critique]


Restless, c’est l’histoire de … :

Tout débute avec Enoch Brae, un jeune homme largement attiré par la mort et tout ce qui l’entoure. Vagabondant entre cimetières et cérémonies funéraires, cette attirance étrange va lui permettre de faire la rencontre d’Annabel Cotton, jeune femme naïve prise de passion pour les choses de la nature. Mais surtout, jeune femme mourante, atteinte d’une tumeur en phase terminale. Un duo de choc va alors se former, intense dans sa relation et dont la destinée est toutre tracée …

Restless, Meilleur Film … ou pas?

Ce dernier Gus Van Sant est clairement réussi, autant l’affirmer tout de suite. Le scénario pouvant faire penser à une « Love story » classique tel n’est absolument pas le cas. En effet, bien que l’intrigue du film se déroule autours d’une histoire partagée entre deux jeunes personnages, l’aspect histoire d’amour reste secondaire face aux caractéristiques prononcées de chacun des deux protagonistes. Leurs particularités en font leur force.

Enoch, joué par un excellent Henry Hopper, certainement promis à une future carrière brillante, est en effet un personnage qui sort largement de l’ordinaire. Suite à la perte de ses parents lors de son adolescence, il va se vouer à une quasi-adoration de la mort mais dans un registre fort personnel. Cette attirance est d’autant plus renforcée par une période de coma qu’il a vécu et dont il retire une expérience de quasi-mort. Expérience qui va par ailleurs permettre l’émergence d’un personnage des plus intéressants, un aviateur japonais, fantôme accompagnant notre Enoch. J’ai particulièrement apprécié ce personnage, mixte entre une paranoïa du héros et une envie de jumeler pour le réalisateur le souvenir d’une douloureuse seconde guerre mondial parmi l’univers de la mortalité. On a d’ailleurs même le droit à quelques scènes d’Hiroshima implantés dans le film, c’est particulier, mais ca s’incorpore finalement bien.

Enoch, vous l’aurez compris, m’a donc particulièrement touché à travers une adoration funèbre singulière et un jeu d’acteur totalement réussi.

De l’autre coté, on va croiser Annabel, une femme ayant déjà un pied dans la tombe et dont la fraicheur contraste purement et simplement avec sa situation. Au départ, le rapprochement des deux personnages ne semble être qu’une simple expérience de la part d’Enoch, celle d’approcher toujours plus la mort. Pourtant, au fur et à mesure, et de façon assez attendue, une réelle relation sincère va s’installer. S’en suivra quelques scènes dont l’émotion est palpable, sans pour autant tomber dans le cliché de la mort prématurée par maladie.

Conclusion :

Restless est sans aucun doute, comme j’ai déjà pu le dire, un très bon film, touchant, émouvant, forçant la réflexion sans pour autant tomber dans le cliché et le nunuche. Le réalisateur arrive à nous transmettre de vrais émotions, sincères.

A découvrir sans plus attendre.

 

 

 

Trailer Sur « Nos Meilleurs Films » :

email