Nos avis Ciné

Cerise : Un peu bâclé


Cerise a 14 ans, mais elle en paraît 20. Cerise a grandi à côté du périphérique, mais la voilà exilée en Ukraine. Cerise se maquille outrageusement, mais elle a encore des rêves de petite fille. Cerise ne connaît pas son père, pourtant elle doit vivre avec. Cerise ne s’est jamais intéressée qu’à sa petite personne, et la voilà plongée dans une révolution ! Cerise ou les pérégrinations d’une adolescente à la recherche de l’amour absolu… à la recherche d’elle même.

  • Réalisateur(s): Jérôme Enrico
  • Acteurs principaux: Zoé Adjani-Vallat, Jonathan Zaccai, Tania Vichkova
  • Date de sortie: 01/04/2015
  • Nationalité: Française
Deux films en un...

Deux films en un…

Deux ans après le très convaincant « Paulette », un des derniers rôles de Bernadette Laffont, Jérôme Enrico nous revient avec un nouveau film, encore une fois centré sur un personnage féminin « Cerise ». Après avoir exploré la vie d’une femme âgée, qui va se retrouver à dealer de la drogue pour survivre, le réalisateur suit cette fois une adolescente turbulente et « branchée » de 14 ans, que sa mère expédie chez son père en Ukraine pour se confronter à une autre vie. Une nouvelle fois, Enrico opère la rencontre entre des cultures et générations différentes, après la vieille femme et le dealer, cette fois, la jeune parisienne un brin pétasse aux intérêts futiles et des femmes confrontées à une vie plus rude, et à laquelle la guerre va venir se rajouter.

Après un démarrage très (trop) rapide (au bout de 3 minutes de film, Cerise est déjà envoyée en Ukraine!), le film se divise en deux thèmes :  la vie amoureuse de Cerise, d’abord. Folle amoureuse d’un chanteur à minettes (façon One direction), elle y croise son sosie parfait et va tout faire pour le conquérir, tandis que l’un de ses camarades de classe, un peu gauche, tente timidement de la séduire. L’autre thème du film est l’adaptation difficile de Cerise en Ukraine. Entourée par Nina et ses copines, ces différences d’âge vont rapidement pour devenir une réelle amitié, dans un pays où la guerre civile émerge. C’est la vraie bonne idée du film, à savoir parler de la guerre en Ukraine et l’envie de démocratie. Le problème de tout celà, c’est que le réalisateur n’en fait pas grand chose. Après avoir marqué une progression d’une guerre qui touche de plus en plus Cerise, qui passe d’une toile de fond, à un deuxième écran avant d’être impliqué et de donner son argent de poche pour la démocratie, Jérôme Enrico délaisse ce thème qui repasse en toile de fond, ne servant que de prétexte à l’évolution du personnage.

Ce qui intéresse véritablement le réalisateur, c’est la transformation de cette jeune ado turbulente en lectrice de Germinal. On y croit pas tellement tant l’évolution paraît si rapide, mais on reconnaît que l’idée de départ d’Enrico était bonne mais le résultat est un peu linéaire et relativement prévisible, à l’exception notable du retournement dans sa vie amoureuse (bien mieux écrite que la vie en Ukraine),  où le binôme séducteur-meilleur ami gay n’est pas forcément dans l’ordre attendu. A noter enfin, la performance plutôt convaincante de Zoé Adjani (la nièce d’Isabelle) que l’on aimerait voir désormais dans des rôles plus sobres.

 

email
SCENARIO 58%
MISE EN SCENE 62%
ACTEURS 63%
PHOTOGRAPHIE 67%
HUMOUR 68%
APPRECIATION GENERALE 58%
Vote final

D'un point de départ intéressant d'une confrontation de deux cultures et de deux générations différentes, Jérôme Enrico étire un peu son film en deux thèmes, si la vie amoureuse de Cerise se révèle parfois assez surprenante, le réalisateur passe quelque peu au travers de la situation politique critique en Ukraine, à laquelle il bâcle les tenants et aboutissants.

Note finale 62%