Nos avis Ciné

Braqueurs : Polar scotchant !


Interdit aux moins de 12 ans
Yanis, Eric, Nasser et Frank forment l’équipe de braqueurs la plus efficace de toute la région Parisienne. Entre chaque coup, chacun gère comme il peut sa vie familiale, entre paranoïa, isolement et inquiétude des proches. Par appât du gain, Amine, le petit frère de Yanis, va commettre une erreur… Une erreur qui va les obliger à travailler pour des caïds de cité. Cette fois, il ne s’agit plus de braquer un fourgon blindé, mais un go-fast transportant plusieurs kilos d’héroïne. Mais la situation s’envenime, opposant rapidement braqueurs et dealers…

  • Réalisateur(s): Julien Leclercq
  • Acteurs principaux: Sami Bouajila, Guillaume Gouix, Youssef Hajdi
  • Date de sortie: 04/05/2016
  • Nationalité: Française

braqueurs (2)

 

Si le cinéma américain est habitué à produire des films de braquage fréquemment, le cinéma français semble de plus en plus adopter ce sous-genre, après le convaincant « Enragés », «Antigang » et cette année avec le film de Frédéric Schoendoerffer « Le convoi » qui traitait de l’univers des go-fast, ces voitures remplies de drogue roulant à grande vitesse pour assurer la livraison de la cargaison. Pour réaliser ce pur polar, on retrouve un habitué du genre Julien Leclercq, qui s’y connait en scènes de fusillades, en gangsters et en trafic de drogue, après avoir réalisé « Gibraltar » sur ce même trafic de drogue dans ce célèbre détroit au sud de l’Espagne, et « L’assaut » qui revenait sur l’intervention du GIGN lors de la prise d’otages de l’Airbus A-300 d’AIR France à Marseille en 1994. « Braqueurs » s’inscrit, en tous les cas, dans des références très américaines, où l’on peut penser à « Heat » ou à « The town » de Ben Affleck.

Si l’on peut penser à un énième polar français qui ne tient pas ses promesses, à l’instar du décevant « Le convoi », dont j’avais parlé, ce film de Julien Leclercq parvient rapidement à se démarquer des autres polar. « Braqueurs » est d’abord servi par un casting impeccable, réunissant ce que l’on pourrait appeler « des gueules » dans le cinéma français, qui ont souvent joué dans ce type de films : Sami Bouajila, récemment vu dans « Good luck Algeria », mais aussi Guillaume Gouix, déjà au casting d ‘ « Enragés » l’an dernier. Les autres jeunes acteurs (Redouane Behache et David Saracino) tiennent aussi leurs promesses. Au lieu de s’attarder sur une traditionnelle lutte entre flics et voyous, le film oppose cette fois une équipe de 4 braqueurs et des dealeurs (qui n’hésitent pas pour leur art à tuer sur leur passage).

Dès lors, nous assistons à la confrontation entre deux conceptions du crime, où les quatre braqueurs vont devoir travailler pour l’équipe de dealeurs suite à une erreur. Dans cette lutte se prolongeant dans la vie privée des protagonistes, « Braqueurs » se révèle un solide polar, mené par des scènes d’actions hyper-réalistes et efficaces qui vous scotcherons à votre fauteuil. Au-delà de son scénario parfois un peu brouillon (il me faudrait une seconde vision du film pour mieux en cerner les motivations des personnages, qui sont de plus, assez nombreux), « Braqueurs » mérite d’être vu, en particulier, pour sa mise en scène prenant, ses scènes d’action rondement menées, avec une utilisation parfaite du son, qui n’a rien à envier aux productions américaines.

Sans doute un des meilleurs films de gangsters français de ces dernières années, après « Enragés », « Braqueurs » est un polar percutant et scotchant, servi par un solide casting, de l’action à tout va et des cascades impressionnantes. Le final du film surprend, mais se révèle assez logique dans sa tragédie humaine que Julien Leclercq se sera efforcé de créer pensant ses 1h24, qui passent très très vite. Il vaut mieux en revanche rester bien concentré pour ne pas perdre, comme moi, le fil des personnages, ou le revoir une seconde fois.

braqueurs (1)

 

email
SCENARIO 72%
MISE EN SCENE 84%
ACTEURS 82%
BANDE SON 91%
SUSPENSE 77%
APPRECIATION GENERALE 83%
Vote final

Sans doute un des meilleurs films de gangsters français de ces dernières années, après « Enragés », « Braqueurs » est un polar percutant et scotchant, servi par un solide casting, de l'action à tout va et des cascades impressionnantes. Le final du film surprend, mais se révèle assez logique dans sa tragédie humaine que Julien Leclercq se sera efforcé de créer pensant ses 1h24, qui passent très très vite.

Note finale 81%