Nos avis Ciné

Brancaleone s’en va-t-aux croisades : Farce burlesque


Malgré la perte de tous ses hommes, le chevalier Brancaleone poursuit son voyage vers la Terre Sainte. En chemin, une sorcière les rejoint et tombe immédiatement sous le charme du chevalier. Mais lorsque ce dernier participe à un tournoi afin de pouvoir impressionner Berta, la femme qu’il aime, la sorcière ordonne le massacre des croisés. Seul survivant, Brancaleone jure de les venger.

 

  • Réalisateur(s): Mario Monicelli
  • Acteurs principaux: Vittorio Gassman, Adolfo Celi et Stefania Sandrelli
  • Date de sortie: 1969 et sorti en dvd le 28/03/2017
  • Nationalité: Italienne

Dans le cinéma italien, « Brancaleone s’en va t-aux croisades » fait office de référence. Le film a connu un succès incroyable dans son pays, et a même donné son nom à un mot commun. Le mot « brancaleone » désigne une armée composée de bras cassés. Le film qui fait suite à « L’armée Brancaleone » sorti en 1966 (il n’est pas nécessaire de l’avoir vu) et s’inscrit dans la même veine que « Les monty Python » dans cette comédie à sketches très décalée. Ressorti en dvd le 28 mars dernier, « Brancaleone s’en va-t-aux croisades » pose son cadre au Moyen-Âge, où l’héroisme exacerbé souvent montré au cinéma, laisse place ici à un Moyen-Âge cruel, sale et barbare.

« Brancaleone » se présente dès ses premiers instants comme une sorte d’arche de Noé. Présentant des plans extrêmement picturaux sur les paysages ensoleillés d’une grande pauvreté, « Brancaleone s’en va t-aux croisades » commence comme un péplum façon « Ben-Hur » pour rapidement se muer en film beaucoup plus protéiforme. Je dois avouer que je connais peu le cinéma italien, qui m’inspire souvent une certaine réticence, dans l’exagération permanente des dialogues et dans son discours religieux pompeux. Toutefois, la curiosité me pousse toujours à découvrir d’autres cinématographies et des films cultes qui ont marqué la filmographie d’un pays.

Suite à une attaque bien orchestrée, Brancaleone perd tous ses compagnons dans la bataille. Il va invoquer la mort avant finalement de partir dans un road-movie animé, ponctué de multiples rencontres. Farce empreinte de dérision, « Brancaleone » présente de nombreuses séquences caustiques et hilarantes, comme celle où l’armée se sert d’une barque pour se protéger (donnant l’impression d’une sorte d’énorme rat). Ou encore celle où les soldats morts sont enterrés la tête en bas, et où seuls les pieds dépassent. La rencontre du héros avec la grande faucheuse mise en scène au sens littéral marque un tournant du film. Le héros invoque la mort, avant de se dégonfler devant elle, lui demandant un répit d’une semaine et lui réclame une mort glorieuse. Dans ce discours philosophique sur la mort, Mario Monicelli insuffle à son récit un ton burlesque ravageur porté par les rencontres du personnage principal.

En chemin, Brancaleone rencontrera un dammé, une sorcière, un lépreux, ou encore un homme qui veut qu’on l’appelle « immondice » et qui adore s’infliger toute sorte de sévices corporels. Dans cette comédie irrévérencieuse, Monicelli tourne clairement en dérision les croisades, par des personnages d’une bêtise sans nom, mais dans ses métaphores guerrières acides. Bien que sorti au cinéma en 1969, le film garde un ton résolument moderne, dans la confrontation des partisans de Dieu avec ceux d’Allah. Servi par des dialogues inventifs, « Brancaleone » doit beaucoup à l’interprétation réussie et drôle de Vittorio Gassman (acteur issu du théâtre qui a vu sa carrière au cinéma décoller après cette saga). Monicelli entrecroise son récit par de multiples références, comme Don Quichotte (dans la traversée du désert), les Monty Python (dans son humour) mais aussi « Les sept mercenaires » pour son discours guerrier.

email
SCENARIO 72%
MISE EN SCENE 76%
ACTEURS 74%
PHOTOGRAPHIE 73%
BANDE SON 66%
APPRÉCIATION GENERALE 68%
Vote final

Finalement, « Brancaleone s'en va-t-aux croisades » mérite d'être vu ! Si l'oeuvre est traversée par quelques longueurs et une bouffonnerie un peu trop exagérée, le second degré permanent du film lui apporte une réelle saveur. A découvrir !!

Note finale 71%