Nos avis Ciné

Alice de l’autre côté du miroir : Une suite mi-figue, mi-raisin…


Les nouvelles aventures d’Alice et du Chapelier Fou. Alice replonge au pays des merveilles pour aider ses amis à combattre le Maître du Temps dans cette suite du film réalisé en 2010 par Tim Burton pour Disney.

  • Réalisateur(s): James Bobin
  • Acteurs principaux: Mia Wasikowska, Johnny Depp, Helena Bonham Carter
  • Date de sortie: 01/06/2016
  • Nationalité: Américaine

maxresdefault (7)

 

En 2010, Tim Burton réalisait l’adaptation du célèbre conte de Lewis Caroll, qui avait été un véritable carton au box-office en récoltant plus d’un milliard de dollars dans le monde, pour un budget de 200 millions. En France, le film avait attiré plus de 4,5 millions de spectateurs à sa sortie en salles. On reprend presque les mêmes et on recommence six ans après, à la différence près que Tim Burton endosse la casquette de producteur et laisse sa place à la réalisation à un quasi-inconnu James Bobin, qui s’est surtout illustré pour la réalisation de deux films autour des Muppets. Mais l’une des grosses différences du film, c’est que ce film n’a plus grand chose à voir (sinon rien du tout) avec le roman de Lewis Caroll. La productrice du film Suzanne Todd explique que cette suite est « essentiellement un recueil d’épisodes bizarres et absurdes de la vie de Caroll sans aucun lien entre eux. Linda Woolverton a imaginé une histoire originale inspirée du roman racontant ce qui était arrivé aux personnages depuis la fin du précédent film, ainsi que dans leur passé. »

Il y’a parfois des films où vous avez bien du mal à dire si vous avez aimé ou pas, si vous avez un avis positif ou négatif à la sortie de la salle. « Alice de l’autre côté du miroir » fait parti de cette catégorie de film, dont il est complexe de faire ressortir un avis tranché. Essayons donc de trier les points positifs d’un côté, avant d’en venir plus tard aux points négatif. Tout d’abord, on retrouve avec plaisir les personnages qui ont certes vieilli (assez voyant pour Johnny Depp d’ailleurs), avec cette suite qui gagne en rebondissements par rapport au premier film. Il se passe beaucoup plus de choses, ce qui rend l’aventure quelque fois excitante. Ce qu’il faut savoir également, c’est que ce film (qui se détache, comme je l’ai dit de l’histoire originelle) se concentre sur la notion de temps. Le chapelier fou est d’atteint d’une dépression sévère, et ne réclame qu’une seule chose : voir sa famille, morte plusieurs années auparavant. Inquiète, Alice va alors remonter le temps en traversant un miroir et découvrir un autre monde. On retrouve ici avec un certain plaisir Sacha Baron Coen (que l’on avait en hooligan crasseux dans l’hilarant« Grimbsy, agent trop spécial ») dans le rôle du maître du temps qui décide l’heure de la mort de chacun, mais aussi les mêmes personnages que le premier opus, avec la fameuse reine rouge, qui réclame toujours la décapitation à quiconque la désobéit, même si elle dévoile dans cette suite, une part plus humaine. Car le film parvient à délivrer certaines réponses sur l’origine de la méchanceté de cette reine, né d’une injustice au sujet de sa sœur.

Venons, en aux points négatifs maintenant. Certes, les effets spéciaux sont assez bien faits, mais le film est presque en totalité composé de plans en numérique, tournés sur fond vert, qui fait perdre toute authenticité et accélère le sentiment d’irréalité lorsque l’on regarde le film. Si le film gagne en terme d’aventure, il perd beaucoup à mon sens son côté sombre et inventif, qu’apportait avec force Tim Burton. On sent que ce film, produit par Disney, s’adresse essentiellement aux plus jeunes, qui devraient se régaler des facéties des personnages secondaires (le lapin et le chat notamment), mais les plus grands peuvent s’ennuyer poliment devant ce déluge d’effets spéciaux qui manque d’âme.

Alice_de_l_autre_cote_du_miroir


 

email
SCENARIO 61%
MISE EN SCENE 68%
ACTEURS 67%
EFFETS SPECIAUX 75%
BANDE SON 64%
APPRECIATION GENERALE 64%
Vote final

Au final, « Alice de l'autre côté du miroir » me divise moi-même, entre une suite qui aborde avec humour et réflexion parfois intéressante sur le temps qui passe (sur fond de dépression du chapelier fou et de voyage dans le temps) et de l'autre côté, un côté tout-numérique outrancier, un scénario assez léger, et un manque d'inventivité flagrant et un enchantement totalement absent par rapport au premier film. Un blockbuster finalement dans l'air du temps, perdu entre deux eaux...

Note finale 66%