Nos avis Ciné

Absolutely anything : Farce cosmique


Neil Clarke, un enseignant désenchanté, amoureux de sa voisine du dessous qui sait à peine qu’il existe, se voit attribuer par un conseil extraterrestre le pouvoir de faire absolument tout ce qui lui passe par la tête. Neil l’ignore mais la manière dont il va se servir de ce nouveau pouvoir va dicter le destin de l’humanité. Un seul faux pas de sa part et les extraterrestres anéantiront la planète Terre.

  • Réalisateur(s): Terry Jones
  • Acteurs principaux: Simon Pegg, Kate Beckinsale, Rob Riggle
  • Date de sortie: 12/08/2015
  • Nationalité: britannique, Américain
Une farce cosmique qui en garde un peu trop sous le pied...

Une farce cosmique qui en garde un peu trop sous le pied…

Membre célèbre des Monthy Python, Terry Jones, passé par plusieurs petits rôles, revient à la réalisation avec cette farce cosmique à prendre très clairement au second degré. Dans « Absolutely anything », il est en effet question d’un homme tout à fait ordinaire (professeur de profession), qui va recevoir un don très spécial, celui de faire tout ce qu’il désire, d’un simple revers de main. Derrière cela, c’est avant tout un test de la part d »obscurs extraterrestres pessimistes (doublés par les Monthy Pythons eux-même) pour savoir si « l’élu » se servirait de son pouvoir pour faire le bien ou le mal…Dans ce dernier cas, la Terre serait détruite (et l’on peut dire que l’on a eu chaud, la roulette a failli tomber sur Justin Bieber et Sarah Palin), ce qui révèle toute l’ironie britannique.

D’une durée très courte d’1h25, « Absolutely anything » développe un humour typiquement british absolument réjouissant. En effet, dès que le pouvoir de Neil va être « activé », il va malencontreusement provoquer une grosse catastrophe sans le vouloir. Et c’est d’ailleurs sur ce point là que le film appuie fortement, à savoir un humour qui naît d’imprécisions (le héros demande un souhait, et il lui arrive quelque chose de plus gros par rapport à sa requête, du fait d’une requête pas suffisamment précise). Mais la plus grande réussite du film réside dans ce chien, Dennis, qui va se mettre à parler, et qui va provoquer les scènes d’humour les plus franches, grâce aussi au doublage de Robin Williams (auquel le film rend un vibrant hommage dans le générique de fin).

Là où le film s’enlise, c’est dans la façon dont Terry Jones raconte l’histoire. Au lieu de débrider son film (et de multiplier les « grosses » perches que leur offrait son scénario), le film reste étonnamment sur la réserve, n’allant pas assez loin dans son récit. Au lieu de cela, le cinéaste tire les ficelles d’une classique et convenue histoire d’amour entre Neil et sa voisine. C’est mignon mais ce n’est pas du tout ce à quoi on aurait pu s’attendre, ce qui mène au deuxième point négatif, la surabondance de personnages secondaires, pour la plupart inintéressants ou mal exploités (hormis le running-gag de la femme qui se met à vénérer son collègue). Tout cela fait traîner en longueur un film, qui comme je le disais, est pourtant très court. Malgré tout, on ressort du film repus et satisfait de cette farce cosmique plaçant parfois Neil dans des situations incongrues (Président des Etats-Unis, Albert Einstein ou sauveur de la paix dans le Monde). A ce titre, saluons la fin, plutôt bien amenée et intelligente, qui retombe sur Terre et offre un second degré, une fois de plus.

VOICI LA BANDE ANNONCE DU DEJANTE « ABSOLUTELY ANYTHING »

email
SCENARIO 68%
MISE EN SCENE 64%
ACTEURS 67%
HUMOUR 80%
BANDE SON 72%
APPRECIATION GENERALE 68%
Vote final

Si "Absolutely anything" se révèle être très divertissant et offre de bonnes tranches de rire, on regrette que Terry Jones (des Monty Python) en retienne un peu sous la pédale, un peu écrasé par le nombre trop important de seconds rôles. Au final, un film drôle et sympathique mais qui ne tient pas toutes ses promesses.

Note finale 69%