Courts Métrages

« Le grand rasage », critique à usage de faire découvrir une oeuvre disponible sur internet, Tome 1



« Le grand rasage », vidéo d’apprentissage par Maître Scorsese :

Ce film s’adresse à tous les pères imberbes, ou ceux ne voulant pas montrer à leurs sales mioches prépubères attardés comment se raser.

Scorsese nous montre un homme dans une salle d’eau qui se rase. C’est un court métrage. Il est rapide, efficace, parfait pour apprendre.

Bon on va placer tous les jeux de mots en début de critique, vous n’êtes pas tenu de les lire :
Film barbant, rasoir, un film sans êtat d’lame

« The big shave », plusieurs lectures possible?

Bon, j’vais pas parler du Viêt-Nam car à part sur le carton de fin, j’l’ai point vu. Je connais peut être pas assez Scorsese, ou bien cette guerre, qui je l’avoue ne m’intéresse guère plus que la couleur de la première chemise qu’a pu acheté mon grand père en 57… Mais si vous souhaitez en discuter après visionnage, il n’y a aucun soucis.

Donc on arrive sur des plans descriptifs d’une salle de bain immaculée, avec des plans quasi chirurgicaux, vraiment très rapprochés. Puis un homme arrive et se rase, se rase, se rase, se rase, jusqu’au sang, donc bon, après un petit déjeuner faut l’avoir bien accroché…

La technique est parfaite, normal me direz-vous. Et je le dirais aussi.
C’est intéressant, court, efficace, une musique entraînante qui tranche avec l’action ( Oh le jeu de mots cachés, c’pas fait exprès… ), et une fin en suspens qui nous laisse chosir, car j’pense qu’il a attaqué la jugulaire, donc paye ta mort dans les minutes qui suivent, mais on le voit pas.

————————————————————–

Conclusion :

Et au final, c’est encore la bonne hispano-américaine en situation précaire qui va devoir nettoyer tout l’bordel…

The big shave

 

 

email

  • Neo

    C’est vraiment étrange 😮 j’adore le coup de la coupure le long de la gorge et les derniers petits coups de rasoir genre « hum c’est pas tout à fait coupé ici » , j’ai bien l’impression qu’il n’y a rien à y voir vu ce que dit Scorsese, c’est ça façon d’exprimer ça peine dans un moment de déprime 😮 j’aimerai en faire autant 🙂 mais le sang ça coute cher !

  • Si l’hémoglobine te ruines, prends du ketchup c’est l’top !

    C’est en effet un film assez spécial. Et ça fonctionne bien, une espèce de fascination se crée autour de l’homme je trouve.

  • Miss_Kan

    Hum, c’est de l’inconnu au bataillon pour moi. Mais rater un Scorsese est un acte grave. Je vais y remédier, même s’il s’agit d’un court métrage de 6 minutes ^^

  • alors Kan ? Un retour à faire après cette remédiation ? 🙂

  • Kefka

    Merci beaucoup pour cette découverte… Maintenant je ne vais plus oser me raser !! (excellent court au passage 😉 )

  • C’est depuis que je l’ai vu que je ne me rase plus que tous les 2 mois….

  • Pour moi c’est direct à éviter… à quoi bon vouloir voir un film malsain… il y a mieux à faire pendant 1 ou 2h….

  • Certes, mais pendant 6 minutes ? Et certaines personnes, les folles, s’amusent à débattre sur un pseudo sens caché.

  • Je ne connaissais pas et je viens de rattraper mon retard. UN peu spécial. Je suis une fille et donc je ne me rase pas. Pas de traumatisme alors !

  • Je trouve ça vraiment bizarre, ce type de mise en scène, à la limite du malsain et du voyeurisme, je ne sais pas pourquoi…

  • J’vois pas le côté malsain perso… C’est à l’image d’un Saw ou autre, le malade en moins… Mais c’est sur que c’est vraiment spécial, surtout au niveau de l’esthétisme… Il en faut plus cependant pour me rebuter.

  • C’est peut-être le côté un peu trop sanglant qui m’inspire cet état malsain.

  • J’aurais préféré le découvrir avant de lire la critique.

  • C’est vrai que du coup, il y a un côté dérangeant. Mais si on prend le parti de ce qu’y y voit une allégorie sur la guerre du Vietnam, le côté sanglant, malsain est vraiment approprié, car c’était une guerre vraiment dégueulasse…