Animation

Norm : Un recyclage en bonne et dûe forme [En DVD depuis le 25 avril]


L’ours polaire Norm et ses trois meilleurs amis, les lemmings, décident de se rendre à New York afin de déjouer les plans d’un groupe immobilier qui menace d’envahir sa banquise. Il fait la rencontre de Olympia, une jeune fille, qui aidée de sa maman, vont faire de Norm la mascotte de l’entreprise. Face au machiavélique Mr Greene, ils vont tout mettre en oeuvre pour sauver leur monde.

  • Réalisateur(s): Trevor Wall
  • Acteurs principaux: Omar Sy, Med Hongo, Lucien Jean-Baptiste
  • Date de sortie: 21/12/2016 au cinéma et en dvd depuis le 25/4/2017
  • Nationalité: Américano-indienne

Sorti au cinéma à l’occasion des fêtes de fin d’année, « Norm » avait connu un semi-échec, avec des scores loin de ceux espérés. Sans doute concurrencé par « Rogue one : A star Wars story » mais aussi par pléthore de sorties (« A fond », « Ballerina », « Assasin’s creed », « Vaiana »), le film d’animation avait quelque peu déçu , y compris aux Etats-Unis, où la sortie du film s’était soldée par un échec important. Et pourtant, il a fallu pas moins de six ans pour que « Norm » voit le jour, à cause de retards, notamment dans la phase d’écriture du scénario. Notons d’ailleurs que deux suites de 45 minutes devraient sortir directement en dvd. Pour le casting français du doublage, on retrouve Omar Sy, immédiatement emballé par le projet, après avoir notamment collaboré sur « Angry birds », « Arthur et la vengeance de Malthazar » ou encore « Sahara ». Pour lui, le doublage est un exercice parfait, car pour compenser l’absence « d’engagement physique, on est obligé de tout mettre dans la voix. »

Loin des grands studios (Pixar, Dreamworks, Illumination), « Norm » est une co-production américano-indienne, produit par Assemblage Entertainment, Splash Entertainment et Telegael, tous trois inconnus. Ce manque de moyens se ressent d’emblée dans les graphismes très moyens, loin de la qualité du relief des grosses machines, et loin également du côté artisanal et poétique des productions françaises, et notamment le studio Laika. Le scénario de départ opère un mix entre « Kung fu panda » (dans le caractère optimiste et joyeux de Norm), « Madagascar » pour la délocalisation d’animaux en plein New York ou encore de nombreuses productions animés qui clament la différence du personnage comme une force, avec un côté dance-floor à la « Happy feet ». Pas foncièrement mauvais, « Norm » nous donne surtout l’impression d’un dessin animé opportuniste, qui pioche à gauche et à droite toutes les bonnes idées de ses petits camarades. Ici, on fait donc connaissance avec Norm, un ours qui ne chasse pas et qui se comporte comme un humain, en déhanchant sur la banquise.

Le film comporte deux parties bien distinctes. Les 25 premières minutes nous présentent Norm, accompagne de ces lemmings, des genres de castors des neiges, très fortement inspirés des minions (on y retrouve les mêmes mimiques, le langage à part et leur côté indestructible). La deuxième partie nous propulse en plein New York où un macabre projet d’exploitation immobilière sur le lieu de vie de Norm se prépare, sous les ordres du redoutable Mr Greene. Si « Norm » s’adresse clairement à un jeune public (les plus de 10-12 ans devraient s’ennuyer), le film contient quelques bonnes idées. Le dessin animé critique tour à tour la cruauté humaine avide de sang et d’argent, la virilité exacerbée mais aussi et surtout le capitalisme, par le biais de son méchant très caricatural. On retrouve même quelques dialogues plus politiques, nous parlant à nous français, avec cette phrase « L’Artique, on l’aime ou le quitte », insistant là sur l’acceptation des différences. Malgré tout, ces bonnes idées ne suffisent pas à faire un bon film. Comme trop souvent dans les dessins animés actuels, on déplore une hystérie caractérisée des personnages, qui hurlent au lieu de parler. Sur fond de message écolo, « Norm » passe son temps à recycler les bonnes idées venues d’ailleurs, et à force de vouloir rendre le tout dynamique, le film se noie dans la caricature, l’outrance et devient assez abrutissant, dans l’enchaînement trop rapide des séquences. Même l’unique bonus du film (une séquence sur le doublage par Omar Sy où l’on apprend juste que « tout le monde aime les nounours ») ne dure que 2 minutes 30 !!

email
SCENARIO 61%
MISE EN SCENE 56%
PERSONNAGES 63%
GRAPHISMES 48%
BANDE SON 56%
APPRECIATION GENERALE 58%
Vote final

Si « Norm » s'adresse bien à un très jeune public ; pour les autres,il demeure assez plat et inintéressant. Le film d'animation recopie méticuleusement tout ce qui a marché ailleurs (en particulier dans « Moi, moche et méchant », « Madagascar » et « Happy feet ») avec un trop plein d'énergie très vite épuisant. A faire voir aux enfants pour les calmer !

Note finale 57%