Animation

Le voyage d’Arlo : Pure poésie


Et si la catastrophe cataclysmique qui a bouleversé la Terre et provoqué l’extinction des dinosaures n’avait jamais eu lieu ? Et si les dinosaures ne s’étaient jamais éteints, et vivaient parmi nous de nos jours ?
Arlo, jeune Apatosaure au grand cœur, maladroit et craintif, qui va faire la rencontre et prendre sous son aile un étonnant compagnon : un petit garçon sauvage, très dégourdi, prénommé Spot.

  • Réalisateur(s): Peter Sohn
  • Acteurs principaux:les voix de Jean Baptiste Charles,Olivia Bonamy, Eric Cantona
  • Date de sortie: 25/11/2015
  • Nationalité: Américaine

55aff0e8a5455-le-voyage-darlo

Il y’a 5 mois à pein, on retrouvait avec plaisir les studios Disney Pixar à l’oeuvre avec une production à la hauteur des légitimes attentes que l’on peut avoir de la firme aux grandes oreilles. En effet, après le succès de « Vice versa », qui regorgeait d’inventivité, Disney Pixar s’attaque à une autre histoire originale avec « Le voyage d’Arlo » démarrant par un point de départ pour le moins décalé : Et si les dinosaures n’avaient pas disparus ? En projet depuis 2009 et qui tout au long de sa conception, a connu multiples galères de productions ainsi que des modifications de scénario, « Le voyage d’Arlo » débarque dans nos salles, à moins d’un mois de Noël, avec comme ambition de ratisser toute la famille devant cette production calibrée pour plaire à tous.

De son point de départ original, le film suit donc Arlo, un jeune dinosaure chétif, peureux et extrêmement maladroit, qui a bien du mal à se faire une place dans sa propre famille, occupée à bâtir une réserve de provisions pour l’hiver, et s’occuper des récoltes. Jusqu’au jour où un jeune garçon (qui sera par la suite prénommé Spot) va bouleverser la vie du jeune dinosaure. « Le voyage d’Arlo » rentre rapidement dans la pure tradition des films Disney, le film abordant des thèmes traditionnels, comme l’importance de la famille, la transmission entre les générations ou encore l’apprentissage pour vaincre ses peurs. Ainsi, on pense ainsi rapidement au grand classique de Disney « Le roi lion » dans son scénario où les similitudes entre les deux films sont légions (l’empreinte de pattes comme appartenance à une famille, le voyage initiatique et même cette « voix intérieure paternelle »).

Néanmoins, malgré ce scénario, il est vrai, trop classique et déjà vu, « Le voyage d’Arlo » se suit avec beaucoup de plaisir tant on s’attache très facilement à ce dinosaure cherchant à faire sa place dans le monde, au gré des péripéties, entre les amitiés inattendues avec des tyrannosaures gentils qui l’aideront, mais aussi des rivalités avec des ptérodactyles charognards. Ce que le film perd en originalité narrative, il le gagne en revanche dans son visuel absolument éblouissant qui place la nature (et particulièrement le motif de l’eau) comme un personnage central du film. En ayant recours à une 3D plutôt réussie, le nouveau Disney Pixar se révèle aussi drôle qu’émouvant (avec un final assez bouleversant) qui véhicule des belles valeurs de courage et d’humanité (quelque soit sa race). Sans atteindre la poésie et l’originalité de « Vice versa », « Le voyage d’Arlo » porte en lui une véritable âme empreinte d’une poésie visuelle. En bref, un parfait film d’animation à voir en famille pour les vacances de Noël.

email
SCENARIO 66%
MISE EN SCENE 79%
PERSONNAGES 88%
3D 81%
PHOTOGRAPHIE 85%
APPRECIATION GENERALE 82%
Vote final

Même si "Le voyage d'Arlo" semble reprendre trait pour trait les principaux thèmes qui ont fait le succès du "Roi Lion" (le voyage initiatique, la quête pour vaincre ses peurs, la voix intérieure du père), le film se révèle malgré tout très attachant grâce à son héros maladroit, mais aussi éblouissant d'un point de vue visuel, où la nature devient le personnage central.

Note finale 80%