Animation

Kung fu panda 3 : Une suite modèle et toujours topissime !!


Po avait toujours cru son père panda disparu, mais le voilà qui réapparaît ! Enfin réunis, père et fils vont voyager jusqu’au village secret des pandas. Ils y feront la connaissance de certains de leurs semblables, tous plus déjantés les uns que les autres. Mais lorsque le maléfique Kaï décide de s’attaquer aux plus grands maîtres du kung-fu à travers toute la Chine, Po va devoir réussir l’impossible : transformer une horde de pandas maladroits et rigolards en experts des arts martiaux, les redoutables Kung Fu Pandas !

  • Réalisateur(s): Jennifer Yuh et Alessandro Carloni
  • Acteurs principaux: les voix de Manu Payet, Pierre Arditi et Jennifer Wheeler
  • Date de sortie: 30/03/2016
  • Nationalité: Américaine
Po et son armée de pandas

Po et son armée de pandas

 

Parmi les sagas d’animation multiples qui existent actuellement, « Kung fu panda » apparaît comme l’une de mes préférées, aux côtés d’une autre production Dreamworks « Dragons » et de l’irrésistible « Moi, moche et méchant ». Après un premier épisode en 2008, puis une première suite en 2011, il a donc fallu attendre 5 ans pour qu’un troisième « Kung fu panda » (franchise qui a réussi plus d’1,3 milliard de dollars de recettes dans le monde) voie enfin le jour. Cette suite a pour particularité d’être le premier film d’animation américain à être coproduit avec un studio chinois, ce qui ressent à l’écran, nous en reparlerons. Avant de commencer à parler de ce troisième opus, résumons un peu les événements des deux précédents film. Tout a commencé lorsque Po, un panda grassouillet s’invite par hasard lors du choix du Guerrier Dragon (le maître absolu du kung-fu). Oogwai, une vieille tortue empreinte de voix de la sagesse désigne Po, à l’incompréhension de Maitre Shifu, et de ses disciples, les 5 cyclones : Tigresse, Singe, Grue, Vipère et Mante. Après avoir progressé et sauver la vallée de la destruction grâce à la fameuse prise du doigt mushi, Po est rentré dans les habits du Guerrier dragon. Quand au deuxième film, il montrait l’assise progressive de Po, reconnu par Maître Shifu tout en commençant à parler du trouble de ses origines (le grand méchant étant le meurtrier de sa mère).

Après un premier film qui abordait essentiellement la confiance en soi et une suite qui parlait d’un retour aux origines, on se demandait bien comment la saga allait pouvoir se renouveler et éviter l’épuisement. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le film y parvient parfaitement, en mêlant et en creusant les deux thèmes des films tout y injectant de nombreuses bonnes idées comme le dépassement de soi et en répondant à plusieurs interrogations des précédents films. D’un point de vue graphique, « Kung fu panda 3 » parvient encore à se surpasser, en alternant graphismes en 2d et relief, et donne l’impression d’une manière plus flagrante de mêler l’animation asiatique avec l’animation américaine (je regrette d’ailleurs d’avoir vu ce film qu’en 2d, alors que le film doit être sublime en 3D).

Po, Shifu et les 5 cyclones

Po, Shifu et les 5 cyclones

L’une des grandes force de cette suite est de parvenir à montrer le passage à l’âge quasi-adulte de Po, là où il avait un caractère plus naïf et enfantin dans le premier, et adolescent dans le second. De cette manière, le personnage vieillit en même temps que ses personnages avec d’autres problématiques. Ici, il va retrouver son père biologique (et gérer ce conflit entre celui-ci et son père adoptif , cette oie attachante mais collante) tout en déjouant les plans de Kaï, un grand méchant qui revient de l’univers des mortels qui s’empare du Chi (c’est à dire l’âme et les pouvoirs) de tous les maîtres du kung fu, celui ci visant ceux de Maître Shifu, des 5 cyclones et de Po, en dernier ressort. Si on pouvait craindre une lassitude, c’est finalement tout l’inverse qui se produit, on retrouve avec un grand plaisir cet univers avec plus de poésie encore. Réussite visuelle éblouissante, « Kung fu panda 3 » est un film d’animation efficace, rythmé, toujours très coloré mais aussi et surtout très drôle (je dois même vous avouer que j’ai plus ri que les enfants présents dans la salle).

Kai, le grand méchant de ce KFP 3

Kai, le grand méchant de ce KFP 3

Mais surtout, cette suite ne se contente pas de copier-coller le premier ou le deuxième film, il franchit un nouveau pallier, en multipliant les clins d’oeil aux deux précédents films tout en les détournant ou les transformant (Po va devoir entraîner les cinq cyclones, et l’on retrouve le même chemin d’entraînement que notre panda préféré avait lamentablement échoué), que ce soit dans les dialogues (avec la phobie de l’escalier pour Po) ou dans les situations mélangeants humour et tendresse. Porté par la musique d’Hans Zimmer, qui signe une bande originale merveilleuse, « Kung fu panda 3 » est le modèle parfait d’une suite intelligente et réussie, explorant même l’au-delà et la spiritualité dans sa dernière demie-heure avec une grande maîtrise et une poésie douce. Si le film n’évite pas un petit creux au milieu du film, on sort du film le sourire aux lèvres avec cette suite hilarante, peut-être le plus abouti dans son scénario et dans sa manière de complèter les réponses laissées en suspens dans les précédents films (on comprend pourquoi Oogwai a choisi Po comme guerrier dragon et le sort de cette tortue, que l’on avait laissé un peu en plan dans le premier film)

En voila la bande-annonce :

 

 

email
SCENARIO 89%
MISE EN SCENE 90%
PERSONNAGES 94%
GRAPHISMES 92%
BANDE SON 93%
APPRECIATION GENERALE 92%
Vote final

Hilarant, rythmé et drôle, « Kung fu panda 3 » est un sommet du cinéma d'animation, et l'exemple même d'une suite intelligente tout en étant sublimement mise en image. Un excellent divertissement familial à voir pendant ces vacances de Pâques.

Note finale 91%