Animation

Cigognes et cie : La surprise animée !


Pendant longtemps, les cigognes livraient les bébés. Désormais, elles acheminent des colis pour un géant de l’Internet. Junior, coursier star de l’entreprise, s’apprête à être promu. Mais il actionne accidentellement la Machine à Fabriquer les Bébés… qui produit une adorable petite fille, en totale infraction avec la loi !
Avec l’aide de son amie Tulip, seul être humain sur le Mont Cigogne, Junior se précipite pour effectuer sa toute première livraison de bébé. Le temps presse car son patron ne tardera pas à apprendre la nouvelle… Junior pourra-t-il redonner aux cigognes la vraie mission qui est la leur ?

  • Réalisateur(s): Nicholas Stoller et Doug Sweetland
  • Acteurs principaux: les voix de Florent Peyre, Issa Doumbia, Bérengère Krief
  • Date de sortie: 12/10/2016
  • Nationalité: Américaine

cigognes-et-cie

L’année 2016 est particulièrement prolifique en films d’animation animaliers. Depuis le début de l’année, tous les films d’animation (ou presque) suivait des animaux : du « Zootopie » de Disney à « Comme des bêtes » des studios Illuminations, en passant par d’innombrables suites ou adaptations : « Kung Fu panda 3 », « Angry birds », « Le monde de Dory » ou encore « L’âge de glace 5 ». Cette fois, c’est le bien nommé studio Animal Logic qui dégaine sa nouvelle production, après avoir sorti « Happy feet » et surtout le très inventif « La grande aventure Légo » qui avait su faire tirer des fameux personnages en jouet, un film assez novateur. Aux commandes de « Cigognes et compagnie », on retrouve deux cinéastes issus de deux univers différents : Doug Sweetland, ancien animateur de chez Pixar et Nicholas Stoller, connu pour ses comédies à la Judd Apatow, comme « Nos pires voisins ».

 

Tourné sur environ quatre ans, « Cigognes et compagnie » est un film d’animation qui ne paie pas de mine au premier abord. Sortir entre deux mastodontes que le nouveau film des Tim Burton « Miss Peregrine et les enfants particuliers » et le nouveau Dreamworks « Les trolls » est un marqueur d’un long-métrage pas si attendu, avec une fenêtre de tir très réduite. De plus, son scénario qui relate la fameuse légende des cigognes qui apportent les bébés a quelque chose d’assez daté et de peu innovant. Mais détrompez-vous, « Cigognes et cie » est une très bonne surprise ! Dès les premières minutes, on est plongé dans cette histoire assez folle de Junior, une cigogne qui va se retrouver propulsé à la tête d’une compagnie de livraison, qui a abandonné la remise de bébés pour transporter des colis comme les téléphones dernier cri. Sauf qu’avant d’accéder au graal du poste de boss, son patron actuel avide de rentabilité ordonne à Junior de virer Tulip, une orpheline et seule humaine qui vit au milieu des cigognes. Un incroyable concours de circonstances va emmener Junior et Tulip à créer un bébé, chose prescrite par la loi du Mont Cigogne.

346396_768f545f00a923e1b49c49b5dad90a83

Bourré d’énergie, « Cigognes et compagnie » remplit parfaitement son rôle de divertissement de vacances qui ravira petits et grands. A renfort d’une action survitaminée, le film est un vrai shoot d’inventivité et de vivacité assez rafraîchissante. On ressent l’influence de la comédie de la part de Nicholas Stoller par les très nombreux gags qui alimentent cette folie animée, dopée d’un humour au second degré corrosif et réjouissant. La comédie s’appuie aussi bien sur Junior, cette cigogne, rapidement blessée à l’aile et donc incapable de voler, que sur des personnages secondaires extrêmement réussis et qui auraient largement droit à un film à eux seuls. Comme ce pigeon vert zélé qui fait tout pour être bien vu par son supérieur, ou cette meute de loups absolument hilarante dont leur solidarité légendaire va être poussée à l’extrême. On prend beaucoup de plaisir dans cette course contre la montre où la cigogne et l’humaine vont devoir livrer le bébé qu’ils ont malencontreusement crée, sans jamais que l’humour soit trop enfantin ni débilisant, comme trop souvent dans les productions animées. Celui ci parvient à trouver le juste équilibre parfait, tout en parlant de sujets de fond qui parleront davantage aux plus grands (la critique du capitalisme ou encore une conception moderne de la famille au final, certes un peu mielleux, mais bienvenu). Ce n’est peut-être pas LE film d’animation de l’année de par la prévisibilité de son scénario mais on passe vraiment un super moment devant cette production animée rythmée et stimulante.

 

email
SCENARIO 81%
MISE EN SCENE 81%
PERSONNAGES 88%
GRAPHISMES 74%
HUMOUR 91%
APPRECIATION GENERALE 85%
Vote final

Si ce film d'animation ne paie pas de mine au premier abord, « Cigognes et cie » réjouit par son énergie débordante, son sens des gags presque cartoonesques et ses personnages tous plus loufoques les uns que les autres. Une très jolie surprise à découvrir à l'occasion de ces vacances de la Toussaint.

Note finale 83%