Animation

Avril et le monde truqué : Inventif


1941. Le monde est radicalement différent de celui décrit par l’Histoire habituelle. Napoléon V règne sur la France, où, comme partout sur le globe, depuis 70 ans, les savants disparaissent mystérieusement, privant l’humanité d’inventions capitales. Ignorant notamment radio, télévision, électricité, aviation, moteur à explosion, cet univers est enlisé dans une technologie dépassée, comme endormi dans un savoir du XIXème siècle, gouverné par le charbon et la vapeur.
C’est dans ce monde étrange qu’une jeune fille, Avril, part à la recherche de ses parents, scientifiques disparus, en compagnie de Darwin, son chat parlant, et de Julius, jeune gredin des rues. Ce trio devra affronter les dangers et les mystères de ce Monde Truqué. Qui enlève les savants depuis des décennies ? Dans quel sinistre but ?

  • Réalisateur(s): Franck Ekinci, Christian Desmares
  • Acteurs principaux: les voix de Marion Cotillard, Philippe Katerine, Jean Rochefort
  • Date de sortie: 04/11/2015
  • Nationalité: Française
Le monde sans inventeur pour un film très inventif !

Le monde sans inventeur pour un film très inventif !

Il a fallu 7 ans pour développer « Avril et le monde truqué » est né sur une idée originale de Benjamin Legrand, tout en restant fidèle à l’univers de Jacques Tardi, qui a d’ailleurs participé au scénario du film. Récompensé par le Cristal du long-métrage au Festival du film d’animation d’Annecy cette année, « Avril et le monde truqué » part d’un point de départ centré autour d’une question : « et si le monde n’aurait pas connu tous ses inventeurs ? ». Avec une originalité telle de son postulat de départ, le film a tout d’abord le charme de mélanger le passé narratif (où l’histoire se passe en 1941) et un futur visuel (où l’on a souvent le sentiment de se trouver dans un futur post-apocalyptique).

Le film met donc en scène Avril (doublé par Marion Cottilard) qui, après la disparition de ses parents, va devoir essayer d’inventer une sorte de potion d’invincibilité tout en essayant de comprendre pourquoi tous les grands inventeurs disparaissent (Einstein y compris). Moult rebondissements l’attendent. S’il y’a une chose dont on peut être certain, c’est que ce film n’a rien à envier aux productions Dreamworks ou Pixar tant d’un point de vue visuel que narratif. Inventif et poétique, cocasse et rythmé, « Avril et le monde truqué » est véritablement un petit bijou visuel, et qui s’adresse surtout à tout le monde, petits et grands. Passé malheureusement inaperçu avec seulement 56 000 entrées en deux semaines (après être sorti juste après les vacances de la Toussaint, une période peu habituelle pour des films d’animation), le film est un vrai plaisir pour les yeux…

Dans cet univers mêlant l’âge d’or industriel et le futur, où l’on ne peut qu’apprécier ce graphisme pur et net (sans avoir besoin de 3D), le spectateur ne s’ennuie jamais, entre un scénario prenant qui tient en haleine du début à la fin, une intrigue à la Tintin qui regorge d’inventivité, des références au cinéma japonais d’Hayao Miyazaki, et des personnages très bien développés (le professeur doublé par Jean Rochefort, mais aussi et surtout ce chat, Darwin superbement doublé par Philippe Katerine, attachant et aux remarques caustiques). Le parallèle avec le monde d’aujourd’hui rajoute un véritable plaisir, autour d’une réflexion de la conscience autour de la science.

Véritable bijou créatif, « Avril et le monde truqué » est un film d’animation aux multiples références scénaristiques et visuelles (Tintin, le cinéma de Miyazaki) et scénarisé par Tardi pour réinventer un cinéma d’animation à la française débordant de générosité et d’espoir.

 

email
SCENARIO 85%
MISE EN SCENE 84%
PERSONNAGES 88%
BANDE SON 82%
GRAPHISME 90%
APPRECIATION GENERALE 88%
Vote final

Véritable bijou créatif, "Avril et le monde truqué" est un film d'animation aux multiples références scénaristiques et visuelles (Tintin, le cinéma de Miyazaki) et scénarisé par Tardi pour réinventer un cinéma d'animation à la française débordant de générosité et d'espoir.

Note finale 86%