Actualités

TOP 20 des meilleurs films 2016 [Selon Alexis]


Après avoir vu 247 films (contre 238 en 2015, record absolu), il est désormais l’heure de tirer le bilan de cette année 2016, riche en émotions et en surprises. Une année 2016 globalement meilleure que 2015, avec plus de vrais bons films, et deux films qui se sont détachés plus encore des autres. Comme je le dis chaque année, ce classement s’établit sur un instant T, cela peut évoluer avec le temps, un film bien classé ne le sera peut-être pas forcément dans le futur, et inversement. Tous les genres ou presque sont représentés dans ce classement : des films d’auteur, des blockbusters, du thriller ou encore de l’animation. On reste toutefois assez déçu cette année du niveau du cinéma d’horreur, assez peu représentés, tout comme les comédies absentes du TOP 20 (hormis pour les films d’animation).

Qui succédera aux « Nouveaux sauvages », vainqueur en 2015 ??

A noter que de nombreux très bons films échouent de peu : « Sully » (21ème), « Room » (22ème), « Instinct de survie » (23ème) « Comancheria » (24ème), « Made in France » (25ème) »Le livre de la jungle » (26ème), « Sausage party » (29ème), « Frantz » (33ème), « Le monde de Dory » (36ème)…etc..

Voici désormais mon TOP 20 :

20 – (ex-aeqo) : ZOOTOPIE (de Byron Howard et Rich Moore)

Inventif et original, Zootopie est peut-être l’un des meilleurs film d’animation Disney, depuis des années. A la fois réjouissant et soigné dans son visuel, intelligent et subtil dans son propos (avec un fond politique autour de la ségrégation des races et des discriminations), émouvant, attachant et finalement optimiste, Zootopie est une petite perle et un renouveau des studios Disney.

disney-zootopie-nouvelle-bande-annonce

(ex-aeqo) : LES HUIT SALOPARDS (de Quentin Tarantino)

Plus sombre encore que ses précédents films, la nouveau film fleuve de Quentin Tarantino vaut indéniablement le coup, car malgré ses scènes dialoguées trop longues, « Les huit salopards » est un huis clos foisonnant, riche, violent bien entendu, et qui contient tout ce qui fait la patte du cinéaste, avec une bande son de Morricone génialissime. Pour résumer, terriblement « tarantinesque »…

Une oeuvre de 2h47...

Une oeuvre de 2h47…

19 – IRREPROCHABLE (de Sébastien Marnier)

Surprenant, dérangeant et scotchant, « Irréprochable » est un thriller détonnant d’une puissance rare sur une femme prête à tout pour récupérer son travail. Porté par Marina Fois à la fois éblouissante et inquiétante, ce film est une réelle surprise audacieuse et troublante dans le cinéma français à découvrir d’urgence. Et une belle promesse d’avenir pour son réalisateur Sébastien Marnier signant ici son tout premier long-métrage !

Marina Fois éblouissante et inquiétante !

Marina Fois éblouissante et inquiétante !

18 – AU NOM DE MA FILLE (Vincent Garenq)

Intense et poignant, « Au nom de ma fille » est un drame rythmé et sans pathos et se révèle être un hommage vibrant de ce combat d’un père pour faire respecter la mémoire de sa fille, tout en voulant empêcher que d’autres filles ne soient victimes de ce docteur, véritable prédateur sexuel. Du grand cinéma de qualité, mis en scène avec soin et sobriété par Vincent Garenq, qui après « Présumé coupable » et « L’enquête » devient désormais le grand cinéaste français de la reconstitution judiciaire.

81799-au-nom-de-ma-fille-retour-sur-l-affaire-bamberski-l-histoire-vraie-qui-a-i

17 – VAIANA, la légende du bout du monde (John Musker et Ron Clements)

Meilleur (et plus original) que « La reine des neiges », « Vaiana » est un moment d’aventure et d’évasion, qui plaira à toute la famille. Rythmé avec ses chansons entraînantes, sublime dans dans ses graphismes et sa 3D et poétique dans son discours écologique, « Vaiana » parvient à nous réchauffer le cœur, parfait pour l’hiver ! 2016 aura marqué le grand retour de Disney avec « Zootopie » et « Vaiana » tous deux dans le top 20.

Vaiana-Teaser-2

16 – LE CIEL ATTENDRA (Marie-Castille Mention Schaar)

Dans cette année encore marquée par le terrorisme malheureusement (Bruxelles, Orlando, Nice, Berlin…), « Le ciel attendra » est un  véritable film coup de poing, qui explore ce sujet de la radicalisation djihadiste de manière documentée. Reconnu comme un « outil pédagogique » par l’Education nationale, on est saisi par ce long-métrage puissant, qui nous serre le ventre, constamment pesant et sans pathos malgré sa gestion parfois confuse de ses personnages secondaires.

le-ciel-attendra

15 – DON’T BREATHE, la maison des ténèbres (Fede Alvarez)

Se distinguant par son travail intelligent de l’espace, « Don’t breathe » se révèle être une excellente surprise. Enchaînant les rebondissements avec un rythme effréné, ce huis clos vous scotchera à votre fauteuil, aussi bien par sa mise en scène étouffante laissant une grande place au silence que par la performance flippante de Stephen Lang en vétéran de guerre aveugle et dérangé psychologiquement.

don-t-breathe-la-maison-des-tenebres-photo-962454

14 – THE REVENANT (Alejandro Inarritu)

Incontestablement, « The revenant » est une œuvre impressionnante de réalisme et époustouflante, mise en scène avec brio par un Inarritu inspiré et joué par un Leonardo DiCaprio au sommet de son art. Dans ce film aux allures d’expérience de cinéma, on peut cependant reprocher son discours biblique assez écrasant, tout en étant un poil (d’ours) sur-vendu par les médias.

DiCaprio en a bavé pour son Oscar !

DiCaprio en a bavé pour son Oscar !

13 – TU NE TUERAS POINT (Mel Gibson)

Porté par un rythme trépidant, « Tu ne tueras point » renouvelle le film de guerre, avec des combats d’une violence inouïe et d’un réalisme saisissant, tout en lui ajoutant une valeur héroïque teinté d’un discours religieux autour de l’humanité toute puissante. Un grand film !

031206

12 – JUSTE LA FIN DU MONDE (Xavier Dolan)

Nouveau tour de force de Xavier Dolan, qui nous fait réfléchir sur la violence des mots et qui contraste avec la beauté des images et ce conflit familial sur fond de non-dits, « Juste la fin du monde » reste  toutefois un cran en dessous du tourbillonnant « Mommy » (mon meilleur film en 2014), en raison d’un léger manque d’émotion.

juste-la-fin-du-monde-photo-1

11 – SPOTLIGHT (Tom McCarthy)

Presque nostalgique de cette époque aujourd’hui révolue, « Spotlight » est un film d’une sobriété passionnante, restituant avec soin, un des plus gros scandales du début du XXIème siècle. Récompensé par l’Oscar du meilleur film en février dernier, un des films majeurs de cette année !

spotlight

10 – KUNG FU PANDA 3 (Jennifer Yuh et Alessandro Carloni)

Hilarant, rythmé et drôle, « Kung fu panda 3 » est un sommet du cinéma d’animation, et l’exemple même d’une suite intelligente tout en étant sublimement mise en image. Les graphismes parviennent à mélanger le cinéma asiatique et l’essence des productions Dreamworks avec un réalisme et une beauté saisissante !

maxresdefault-3

9 – MANCHESTER BY THE SEA (Kenneth Lonergan)

Dernier film vu et comptabilisé pour cette année, « Manchester by the sea » est l’invité de dernière minute dans ce top 20. Touchant et brillant, ce drame humain nous envoie dans les méandres du temps, sublimé par un montage s’éffleurant petit à petit avec une finesse impressionnante ! Casey Affleck y est également profond et magnifique !

manchester-by-the-sea-official-trailer-15802-large

8 – DESIERTO (Jonas Cuaron)

Certes un cran en dessous de « Gravity », « Desierto » est une chasse à l’homme dans le désert absolument terrifiante, incarné par ce face à face tendu entre Gael Garcia Bernal et Jeffrey Dean Morgan (incarnant déjà un méchant avant son rôle de Negan dans « The walking dead »). Suivant les traces de son père (qui avait réalisé « Gravity »), Jonas Cuaron signe une mise en scène au cordeau hyper réaliste et efficace et ménageant un énorme suspense de bout en bout, et résonnant avec plus de force depuis l’élection de Trump.

DESIERTO

7 – MOI, DANIEL BLAKE (Ken Loach)

Fort, bouleversant et nécessaire, « Moi, Daniel Blake » fait parti de ces films sociaux importants, dépouillé de tout artifices et teinté d’une colère sourde qui doit interpeller tout le monde. Une Palme d’Or amplement méritée pour un Ken Loach toujours affuté, parvenant toujours à interroger les travers du monde.

moi-daniel-blake-visuel2

6 – ELLE (Paul Verhoeven)

Aussi nerveux que sulfureux, « Elle » confronte constamment humanité et bestialité et se révèle être cynique et perturbant. Malgré les questions restées sans réponses, le film laisse une marque indélébile dans notre esprit grâce à son atmosphère inquiétant et bestial, mais aussi grâce à la performance remarquée et remarquable d’Isabelle Huppert plus vénéneuse que jamais. Une œuvre majeure du hollandais violent Paul Verhoeven !

Elle

5 – 10 CLOVERFIELD LANE (Dan Trachtenberg)

Pour son premier long-métrage, « 10 cloverfield lane » confine au coup de maître pour Dan Trachtenberg, tant cette fausse suite très bien pensée du film d’horreur « Cloverfield » se révèle maîtrisée, stressante et terriblement intelligente.

10-cloverfield-lane-image-1

4 – AU-DELA DES MONTAGNES (Jia Zhang-Ke)

Universel et magnifique, « Au delà des montagnes » est un film émotionnellement puissant, ample et romanesque, à la fois beau et douloureux et d’une émotion rare, et ce jusque son final marquant et bouleversant où l’on retient son souffle. En tous les cas, une grande œuvre de cinéma qui donne envie d’être revue.

au-dela-des-montagnes-de-jia-zhang-ke-qui-devient-on-quand-on-est-loin-de-sa-langue-maternelle,M286834

3 – DERNIER TRAIN POUR BUSAN (Sang Ho-Yeon)

A la fois explosif et intelligent, « Dernier train pour Busan » est probablement le film le plus passionnant de l’année. Avec sa narration fluide et palpitante (les 2 heures passent aussi vite qu’un TGV), Seon Ho-Yeon parvient à renouveler le film de zombies avec une folie flamboyante, renvoyant à leurs chères études les blockbusters américains assez décevants cette année. Une claque cinématographique qui donne envie de remonter dans le train avec le cinéaste.

Dernier_Train_pour_Busan

2 – REPARER LES VIVANTS (Katell Quillévéré)

Tétanisant, puissant et maîtrisé, « Réparer les vivants » touche en plein cœur ! Métaphorique et épuré, le récit déploie cet entrecroisement entre la vie et la mort d’une manière hautement émouvante, sans jamais verser dans le pathos ! On ressort du film sonné et hagard devant cette force indescriptible captée par Katell Quillévéré, mais aussi avec l’envie de s’intéresser au don d’organes qui sauve tant de vies. Indiscutablement, un film marquant de cette année 2016 !

reparer-les-vivants-decouvrez-la-bande-annonce-poignante-du-prochain-film-d-emmanuelle-seigner-video

ET LE MEILLEUR FILM DE L’ANNEE 2016 (selon moi) est….

QUAND ON A 17 ANS (André Téchiné)

quandona17ans_photo3

Sublime, nécessaire, exaltant et sensuel, « Quand on a 17 ans » est finalement le meilleur film de cette année 2016 et une véritable claque cinématographique. Bien au dessus d’une simple romance, André Téchiné capte ce qui est habituellement de l’ordre de l’impalpable : la haine, le désir, l’amour avec une fluidité et une pudeur touchante tout en y ajoutant la beauté des paysages, filmés ici comme un personnage. Chapeau à monsieur Téchiné et ses 3 brillants acteurs !

andre-techine-porte-par-l-elan-de-la-jeunesse,M318611

Pour rappel, en voici la bande-annonce de « Quand on a 17 ans », d’ores et déjà disponible en dvd et VOD :

2016 s’achève ainsi, vivement 2017 pour de nouvelles émotions cinématographiques !!

email