Actualités

The third murder : En DVD/Blu Ray le 5 septembre !


Pour patienter avant la sortie de la Palme d’or « Une affaire de famille » qui sortira sur nos écrans le 12 décembre, découvrez le dernier film du cinéaste Hirokazu Kore-Eda, « The third murder » disponible en DVD et Blu Ray le 5 septembre prochain.

Le grand avocat Shigemori est chargé de défendre Misumi, accusé de vol et d’assassinat. Ce dernier a déjà purgé une peine de prison pour meurtre 30 ans auparavant. Les chances pour Shigemori de gagner ce procès semblent minces, d’autant que Misumi a avoué son crime, malgré la peine de mort qui l’attend s’il est condamné. Pourtant, au fil de l’enquête et des témoignages, Shigemori commence à douter de la culpabilité de son client.

Si Kore-Eda est passionné par la question de la famille, comme il l’a prouvé tout au long de sa filmographie (Tel père, tel fils, Notre petite soeur, Après la tempête), le cinéaste nippon change de registre avec ce thriller judiciaire, où un avocat va se mettre à douter de la culpabilité de son client.

Quelques avis unanimes de la presse :

« Le cinéaste japonais aborde pour la première fois le thriller judiciaire, qu’il tisse avec ses thèmes récurrents, drames familiaux et filiations. Une réussite spectaculaire. » – L’Humanité

« Intrigue austère, dont Kore-eda s’empare sans trembler. Semblant mettre à l’épreuve ses propres ressources d’empathie et de résilience si prégnantes dans son œuvre, il va, comme l’avocat, tenter de dynamiter en douceur les plus brutales évidences. » – Bande à Part

« C’est ce qu’il y a de très beau et de très apaisant avec les films (réussis) de Kore-eda : ils tiennent en équilibre sur un fil sans forcément savoir où mettre les pieds. Et, finalement, ne se terminent jamais. » – L’Express

« Dans les chroniques familiales du réalisateur, l’élégance et la ­sérénité révèlent souvent névroses, ­angoisse et cruauté. Dans The Third Murder, c’est l’inverse : à partir d’un fait divers sordide, Hirokazu Kore-eda parvient à insuffler, par petites touches, de la délicatesse et même de la tendresse dans son récit si noir. » – Télérama

email